Un foie de porc greffé sur le corps d’un homme en état de mort cérébrale

Publié le 19 Jan, 2024

Le 18 janvier, des chirurgiens de l’université de Pennsylvanie ont annoncé avoir greffé par voie externe un foie de porc sur le corps d’un homme en état de mort cérébrale. Durant cette expérimentation, réalisée pendant trois jours en décembre dernier, le sang de l’homme a été filtré avec succès par le foie génétiquement modifié placé dans une machine à perfusion. Le sang circulait grâce à des tubes placés entre la veine de l’aine, la machine et une veine du cou où il était renvoyé une fois filtré.

Selon les chercheurs, cette expérimentation offre un espoir aux patients souffrant d’insuffisance hépatique. Aux Etats-Unis, plus de 330.000 personnes auraient besoin d’un traitement pour insuffisance hépatique, et plus de 10.000 patients sont inscrits sur la liste d’attente pour recevoir une greffe de foie. La technique pourrait être utilisée pour stabiliser les patients en attente de greffe de foie. Pour les patients dont les reins sont défaillants, elle pourrait également permettre de filtrer le sang en utilisant le foie extérieur. Un peu comme le système de dialyse.

Des expériences similaires ont déjà été réalisées dans les années 1990 par des chercheurs de l’université Duke, mais la procédure n’avait duré qu’entre deux et cinq heures.

D’autres organes de porc ont déjà fait l’objet d’expériences similaires ou de xéno-transplantations. Des reins de porcs génétiquement modifiés ont été transplantés sur des donneurs en état de mort cérébrale (cf. Xénogreffe : un rein de porc « transplanté » chez une femme en état de mort cérébrale) et deux hommes ont reçu des greffes de cœur de porcs avant de décéder quelques mois plus tard (cf. Xénotransplantation : un homme reçoit un cœur de porcGreffe de cœur de porc : décès du 2e patient transplanté ; Greffe d’un cœur de porc : les enjeux éthiques de la transplantation).

La Food and Drug Administration (FDA) envisage d’autoriser un petit nombre d’Américains ayant besoin d’un nouvel organe à se porter volontaires pour de nouvelles études sur les cœurs ou les reins de porcs (cf. Un chercheur allemand se lance dans l’élevage de porcs pour les xénogreffes).

 

Sources : Wired, Emily Mullin (18/01/2024) ; The Guardian (19/01/2024)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Suisse : une « capsule » pour se suicider « très bientôt » ?
/ Fin de vie

Suisse : une « capsule » pour se suicider « très bientôt » ?

L'organisation The Last Resort a indiqué que la « capsule » de suicide assisté Sarco pourrait être utilisée « très bientôt » pour la ...
Neurotechnologies : l’urgence d’instaurer des « neurodroits »
/ Transhumanisme

Neurotechnologies : l’urgence d’instaurer des « neurodroits »

Rafael Yuste, neurobiologiste, professeur à Columbia et cofondateur de la NeuroRights Foundation, appelle à instaurer des « neurodroits » au ...
Myopathie de Duchenne : « fragmenter » des gènes avant de les reconstituer
/ Génome

Myopathie de Duchenne : « fragmenter » des gènes avant de les reconstituer

Des chercheurs ont découvert une « nouvelle manière de traiter la dystrophie musculaire de Duchenne » qui pourrait s'appliquer à d'autres pathologies ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres