L'Ordre des infirmiers s'oppose à l'euthanasie et au suicide assisté



 Dans un avis rendu public, l'Ordre des infirmiers s'oppose à toute légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté : "Il y a incompatibilité complète de l'assistance à mourrir, du suicide assisté, a fortiori de l'euthanasie, avec le rôle de l'infirmier et ses règles professionnelles". 

 

En Belgique, il n'est pas rare que l'euthanasie soit pratiquée par des infirmières avait rappelé le comité d'éthique dans son avis sur la fin de vie. Cela "n'est absolument pas acceptable" pour l'Ordre des infirmiers français.
L'Ordre n'est pas opposé à la sédation terminale si elle est encadrée par les conditions strictes suivantes : que celle-ci soit demandée par le patient, décidée de manière collégiale, qu'elle ne soit pas destinée à donner la mort mais à soulager le malade, et que les infirmiers puissent se prévaloir d'une clause de conscience. 

 

Dans cet avis, l'Ordre des infirmiers réclame aussi "une plus grande collégialité des décisions de fin de vie" en proposant la participation obligatoire des infirmiers à la discussion, ces derniers étant ceux qui connaissent le plus les patients, recoivent leurs confidences, l'acceptation ou non de leur traitement, et perçoivent l'efficacité de la prise en charge de la douleur. L'Ordre  juge enfin nécessaire une meilleure prise en compte des directives anticipées en fonction du contexte particulier dans lequel se trouve le malade, contexte bien différent du moment où celui-ci a écrit ses directives. 

 

L'Ordre des infirmiers n'est pas le seul à s'opposer à l'euthanasie, Monsieur Douste-Blazy, conseiller du secrétaire général des Nations Unies, qui a été longtemps responsable de soins intensifs de cardiologie, s'est prononcé lui aussi contre la légalisation de l'euthanasie. Il prévient que cette idée de légiférer vient de "lobbys idéologiques", et qu'il est temps d'arrêter de "légiférer sur la conscience et la confiance". Il rappelle que "le médecin n'est pas fait pour faire donner la mort".


Sources: 

 La Croix (Pierre Bienvault) 23/12/2013 - lefigaro.fr 23/12/2013