Le Royaume-Uni autorise le stockage des embryons et gamètes jusqu’à 55 ans

Publié le 18 Jan, 2022

Le 13 janvier 2022, le Royaume-Uni a amendé sa loi qui autorisait à conserver les gamètes et les embryons pendant 10 ans [1]. Une durée devenue renouvelable et « plafonnée » à 55 ans, sans raison médicale [2]. La nouvelle loi entrera en application le 1er juillet prochain (cf. Royaume-Uni : la congélation des ovocytes et des embryons multipliée par 5 depuis 2013).

Mais stocker des gamètes, et a fortiori des embryons [3], pendant plusieurs décennies peut-il avoir du sens ? Déjà le « record » de Molly, née le 26 octobre 2020 alors qu’elle avait passé 27 ans congelée au stade embryonnaire, avait soulevé des interrogations. « Rendant l’un maître du temps de l’autre, la congélation invite à revisiter les liens profonds unissant temporalité et altérité, en même temps qu’elle crée une nouvelle catégorie impensée, réifiée, aux confins de la vie et de la mort, aux frontières de l’inerte et du vivant », analyse Monette Vacquin, psychanalyste, membre du Conseil Scientifique du département d’Ethique biomédicale du Collège des Bernardins (cf. Une vie suspendue).

A l’occasion de la crise du Covid, les femmes britanniques avaient été autorisées à stocker leurs ovocytes pendant 12 ans (cf. Au Royaume-Uni, le délai de conservation des ovocytes passe de 10 à 12 ans pendant la pandémie). Et comme nombre de dispositions prises à l’occasion de la pandémie, l’exception est devenue la règle (cf. IVG médicamenteuse en ville : la HAS pérennise les mesures dérogatoires prises pendant la crise sanitaire; Etats-Unis : la FDA maintient l’avortement par la poste »)

[1] Human Fertilisation and Embryology Act

[2] Health and Care Bill, 13/01/2022. Cette durée ne doit pas excéder 10 ans si l’embryon est destiné à la recherche.

[3] Le stockage des embryons est, en tant que tel et hormis toute considération de durée, hautement problématique d’un point de vue éthique (cf. Embryons congelés : « Ce n’est pas un objet en garde-meuble, c’est une vie ! »).

Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs
/ Genre

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs

La clinique Sandyford de Glasgow a décidé d’interrompre la prescription de bloqueurs de puberté aux mineurs ...
« Soins d’accompagnement » : médecins et infirmiers opposés au changement de terminologie
/ Fin de vie

« Soins d’accompagnement » : médecins et infirmiers opposés au changement de terminologie

Infirmiers et médecins indiquent leur préoccupation « en raison des divergences avec la terminologie internationale et leurs conséquences pour la ...
Mettre le feu au matelas de son grand-père pour l’« aider à mourir » ?
/ Fin de vie

Mettre le feu au matelas de son grand-père pour l’« aider à mourir » ?

Une femme de 32 ans encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir tué son grand-père en mettant le feu ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres