Greffe d’utérus : une première naissance hors essai clinique

Publié le 27 Juil, 2023

En mai dernier, Mallory a donné naissance par césarienne à un petit garçon après avoir subi une greffe d’utérus, hors essai clinique, puis une fécondation in vitro (FIV). Une première annoncée dans un communiqué par l’Université d’Alabama à Birmingham (UAB) .

Atteinte du syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser, une maladie rare qui touche environ 1 femme sur 4500 et qui est caractérisée par une malformation ou l’absence d’utérus, la jeune femme ne pouvait pas être enceinte. Le couple avait d’abord eu recours à la gestation par autrui. C’est la sœur de Mallory qui a porté leur premier enfant. Pour leur second, Mallory a suivi un programme de transplantation d’utérus (cf. Greffe d’utérus : interview du Professeur René Frydman) à l’UAB Medicine et a reçu, par l’intermédiaire de l’organisation Legacy of Hope, l’utérus d’une donneuse décédée. Dix-huit mois plus tard, elle donnait naissance à son fils. L’utérus lui a ensuite été retiré.

La première greffe d’utérus réussie a eu lieu en Suède en 2014 (cf. Suède : première naissance après transplantation d’utérus). Fin 2020, il y avait eu 100 greffes d’utérus dans le monde (cf. Suède : première greffe d’utérus provenant d’une donneuse décédée, Greffes d’utérus : les expérimentations se multiplient).

 

Sources : ABC, Yi-Jin Yu (25/07/2023) ; Daily mail, Emily Joshu (26/07/2023) ; CBS, Aliza Chasan (26/07/2023)

Partager cet article

Synthèses de presse

Interface cerveau-machine : le haut du corps maintenant
/ Transhumanisme

Interface cerveau-machine : le haut du corps maintenant

Un Suisse paralysé teste une technologie qui « lit ses pensées à l'aide d’une IA » et transmet ensuite des signaux à ...
Avortement dans la Constitution : l’avis favorable de la CNCDH
/ IVG-IMG

Avortement dans la Constitution : l’avis favorable de la CNCDH

La Commission nationale consultative des droits de l’homme a adopté un avis en faveur de l’inscription de l’avortement dans la ...
« Aide active à mourir » et soins palliatifs doivent être dissociés exhortent des députés
/ Fin de vie

« Aide active à mourir » et soins palliatifs doivent être dissociés exhortent des députés

Face au projet de loi annoncé, des députés exhortent à ne pas mettre soins palliatifs et « aide active à mourir » ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres