Suède : première naissance après transplantation d’utérus

Publié le : 6 octobre 2014

En septembre dernier, une Suédoise, née sans utérus, a donné naissance à un enfant après avoir subi une greffe d’utérus il y a un an. Réalisée par l’équipe du professeur Mats Brannstrom spécialisé en gynécologie obstétrique à l’université de Gothenburg, la technique est présentée « comme une percée majeure dans la lutte contre l’infertilité » et comme un moyen pour « éviter le recours aux mères porteuses« . 

 

Concrètement, la jeune femme s’est vue transplanter l’utérus « d’une amie de la famille âgée de 61 ans, ménopausée depuis sept ans lorsqu’elle a été opéré« . La greffe en elle-même a durée près de dix heures. La jeune femme a ensuite du prendre trois types de médicaments, des immuno-suppresseurs, afin d’empêcher tout rejet du nouvel utérus. Six semaines après la transplantation, la jeune femme a eu ses premières règles et douze mois après, les médecins ont transféré deux embryons dans le nouvel utérus, tous deux issus des ovules de la mère et du sperme du père. 

 

Pour les spécialistes, l’absence d’utérus « était le seul type d’infertilité féminine jusque là considéré comme au delà des ressources thérapeutiques« . Deux autres transplantations ont été tentées, mais n’avaient donné à aucune naissance : la première en 2000, en Arabie Saoudite. A la suite d’une infection, l’utérus a dû être enlevé. La seconde, en Turquie, en 2011, à la suite de laquelle la jeune femme n’a pu mener sa grossesse à terme en raison d’une fausse couche à la sixième semaine de grossesse.  

<p>Europe1.fr 04/10/2014 - BBC News 04/10/2014 - Theguardian.com (Chris Johnston) 04/10/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres