EctoLife, ou la procréation technologiquement assistée

Publié le 23 Déc, 2022

Un réalisateur a développé un concept, baptisé EctoLife, autour de potentiels utérus artificiels. Dystopie ou anticipation ?

Hashem Al-Ghaili, « producteur, cinéaste et communicateur scientifique », est à l’origine du concept EctoLife[1]. « Extrapolé à partir de l’état actuel de la recherche sur la fertilité », il a imaginé, des « nacelles de croissance » transparentes, disposées par centaines dans un environnement idéalisé. Autrement dit une batterie d’utérus artificiels. Un « modèle de parentalité qui, selon Hashem Al-Ghaili, sera possible d’ici quelques années, et généralisé d’ici quelques décennies ».

Une grossesse déshumanisée et technologisée

Pour le producteur l’argument est double : la grossesse n’est pas une partie de plaisir et elle peut être « sous-optimale » pour le bébé. Exit nausées et sevrage tabagique, EctoLife vise à créer « les conditions idéales de gestation dans un utérus avec vue, dont la température est contrôlée et à l’abri des infections ». Un cordon ombilical artificiel fournit de l’oxygène et de la nourriture tandis que l’enfant flotte dans un liquide amniotique artificiel, continuellement renouvelé et précisément adapté. Sous surveillance constante, les données en temps réel de votre progéniture pourront être envoyées sur l’application ad hoc de votre téléphone portable. Avec en prime la vidéo HD en direct.

En manque de sentir les petits coups de pied déformer votre ventre arrondi ? Enfilez une combinaison haptique et voilà les sensations retrouvées. Seulement quand bon vous semble. Envie de découvrir le début de la vie depuis les yeux de votre fils ? Un casque de réalité virtuelle vous projettera à sa place. Et si le fait que votre petit se développe dans un entrepôt qui voit passer 30 000 bébés par an vous contrarie, la nacelle pourra être installée à votre domicile.

Dystopie ou anticipation ?

Ce « Meilleur des mondes » ne sera peut-être pas inauguré toute de suite à grande échelle. Mais pour le professeur de médecine François Vialard, directeur de l’équipe Reproduction humaine et modèles animaux (RHuMA) à l’université Simone Veil-Santé de Montigny le-Bretonneux, « la question n’est pas de savoir si l’on va arriver un jour à créer cet utérus artificiel mais plutôt quand nous allons y arriver » [2].

Car on sait déjà initier une vie in vitro, et prendre en charge de très grands prématurés. Restent « seulement » les étapes intermédiaires. Pour le Pr Vialard, l’horizon est de vingt ans. « Personne dans les années 1950 n’imaginait la fécondation in vitro, et pourtant elle a bien eu lieu pour la première fois en 1978 », rappelle-t-il.

D’un côté, l’équipe du Pr Jacob Hanna est parvenue à faire se développer des embryons de souris quelques jours dans un utérus artificiel (cf. Des « embryons de synthèse » de souris développés dans un utérus artificiel). Une équipe de recherche de l’Institut de zoologie de Pékin a quant à elle amené un embryon de singe jusqu’au stade de la formation des organes dans un utérus artificiel (cf. Chine : des embryons de primates cultivés jusqu’à 20 jours). A l’autre bout de la gestation, des chercheurs de l’hôpital pour enfants de Philadelphie dirigés par Alan Flake, ont mis au point un placenta artificiel dans lequel des fœtus d’agneaux s’étaient développés « apparemment sans séquelles », pendant un mois (cf. Des agneaux prématurés se développent dans un utérus artificiel).

Sauver des prématurés ou remplacer la grossesse ?

Bien sûr, un système de placenta artificiel pourrait permettre de prendre en charge de très grands prématurés, encore plus tôt. Mais l’ectogenèse est déjà envisagée comme une « alternative » à la gestation par autrui[3]. Ou même, d’après Hashem Al-Ghaili, comme « une option pour tous les parents potentiels, s’associant facilement à la FIV, au dépistage génétique, à la sélection d’embryons, à la modélisation du potentiel génétique et au génie génétique ». Depuis l’année dernière, la fécondation in vitro est autorisée en France pour toutes les femmes, en dehors de toute considération médicale.

L’enfer est pavé de bonnes intentions.

 

[1] New Atlas, Loz Blain, Womb with a view: EctoLife baby farm eliminates pregnancy and labor (12/12/2022)

La technique consistant à faire se développer un embryon puis un fœtus en dehors du ventre de la femme, dans un utérus artificiel, se nomme l’ectogenèse.

[2] Les Echos, Utérus artificiel, fabrique des bébés du futur ?, Pauline Jacot (13/12/2022)

[3] « En permettant le développement d’un embryon à terme sans environnement maternel, l’utérus artificiel pourrait fournir une alternative à la transplantation utérine et la gestation pour autrui », Olivier Sandra, directeur de recherche à l’Inrae et chef adjoint du département Physiologie animale et systèmes d’élevage. In : Les Echos, Utérus artificiel, fabrique des bébés du futur ?, Pauline Jacot (13/12/2022)

Cet article de la rédaction Gènéthique a été initialement publié sur Aleteia sous le titre : Ectolife, ou la procréation technologiquement assistée 

Partager cet article

Synthèses de presse

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population "transgenre" a entre 16 et 34 ans
/ Genre

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population “transgenre” a entre 16 et 34 ans

En Angleterre et au Pays de Galles, 47% des personnes interrogées qui se sont revendiquées comme « transgenres » avaient ...
Ecosse : une "femme transgenre" n’ira pas dans une prison pour femmes
/ Genre

Ecosse : une “femme transgenre” n’ira pas dans une prison pour femmes

Condamnée pour le viol de deux femmes en 2016 et 2019, Isla Bryson, une femme transgenre, devra purger sa peine ...
artificial-intelligence-2167835_1920
/ E-santé, Transhumanisme

ChatGPT : « Toutes les frayeurs de remplacement de l’homme par la machine ressurgissent »

Le succès de ChatGPT relance le débat sur les dangers de l’intelligence artificielle. Une « réflexion prospective » doit être menée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres