« Fest’IVG » : un évènement pour financer les IVG hors délai

Publié le 9 Oct, 2023

Samedi, le Planning familial du Lot organisait dans la salle des fêtes d’Assier son « premier Fest’IVG »[1]. Au programme : « conférences, témoignages et concerts ». L’objectif de l’événement était de « collecter des fonds pour alimenter la caisse des IVG hors délais ». Ou comment une association bénéficiant de subventions publiques (cf. « Homme enceint » : la campagne du Planning familial reçoit le soutien du gouvernement) organise le financement d’avortements illégaux en France. En février 2022 pourtant, le Parlement votait définitivement la loi Gaillot qui a, entre autres, étendu le délai pour avorter à 14 semaines de grossesse (cf. Avortement : Les députés adoptent définitivement la PPL Gaillot). Mais pour ses promoteurs, cela ne semble toujours pas suffire (cf. France : 234 300 avortements en 2022).

L’association familiale catholique du Haut-Quercy avait saisi mercredi les services de la préfecture du Lot, réclamant l’annulation de l’évènement. Sans succès. De son côté, Nicolas Tardy-Joubert, président de la Marche pour la Vie, a interpelé sur X le ministre de la Justice face à cet évènement qui « détourne manifestement la loi française ».

Finalement, « plus de 300 personnes étaient présentes devant la salle des fêtes d’Assier »[2]. Y compris des élus arborant leur échappe tricolore.

De la dépénalisation l’avortement en 1975, adoptée d’abord à titre expérimental pour 5 ans, à la loi Gaillot (cf. De la loi “Veil” à la loi “Gaillot”), l’IVG serait-elle à ce point banalisée que, de « drame »[3] elle pourrait désormais faire l’objet d’une « fête » ?

 

[1] La Dépêche, Audrey Lecomte, Le Fest’IVG prévu samedi à Assier fait polémique (06/10/2023)

[2] La Dépêche, Sarah Nabli, Sans opposant, le Fest’IVG est un succès à Assier (07/10/2023)

[3] « Aucune femme ne recourt de gaité de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes. C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame », affirmait Simone Veil devant les députés le 26 novembre 1974.

Photo : iStock

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Inde : « Personne, y compris un médecin, n’est autorisé à provoquer la mort d’une autre personne »
/ Fin de vie

Inde : « Personne, y compris un médecin, n’est autorisé à provoquer la mort d’une autre personne »

Le 2 juillet, la Haute Cour de Delhi a rejeté la requête demandant de constituer une commission médicale pour évaluer ...
Passeport
/ PMA-GPA

GPA : la Cour constitutionnelle colombienne demande de nouvelles règles face au risque d’apatridie

La Cour constitutionnelle colombienne a ordonné au ministère des affaires étrangères d’accorder la nationalité colombienne à une petite fille née ...
Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement

Le 12 juillet, le parlement polonais a rejeté, avec 218 voix contre 215, une proposition de loi visant à « décriminaliser ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres