CyDENT : un éditeur de base « made in China »

Publié le 12 Sep, 2023

Une équipe de chercheurs chinois affirme avoir développé un nouvel outil modulaire d’édition du génome, « plus efficace que CRISPR ». Leurs travaux sur le système CyDENT ont été publiés dans la revue Nature Biotechnology 1].

CyDENT vs. CRISPR

L’outil CRISPR/Cas9, breveté aux Etats-Unis, coupe les deux brins d’ADN afin d’en éditer les gènes. L’ADN est ensuite réparé par un processus cellulaire naturel (cf. Acheminer CRISPR/Cas 9 sans vecteur viral ?). Ce qui peut conduire à des mutations non désirées (cf. CRISPR : des modifications involontaires et mal détectées). L’outil CyDENT peut lui être utilisé pour éditer le génome d’un brin donné, et ce sans opérer aucune coupure assurent les chercheurs.

En outre, CRISPR a recours à un ARN guide pour se positionner à l’endroit souhaité. Une technique qui est difficile à mettre en œuvre dès lors qu’il s’agit de d’éditer l’ADN présent dans les mitochondries (cf. Maladies mitochondriales : un éditeur de base prometteur ?) ou dans les chloroplastes [2] de végétaux (cf. CRISPR : vers des arbres plus « verts » ?), estime Kevin Zhao, fondateur de la société Qi Biodesign et co-auteur de l’étude. L’outil CyDENT utilise une approche s’appuyant sur le « signal de protéines », rendant inutile un guide ARN.

Des travaux sont encore nécessaires pour déterminer les meilleures combinaisons de ses éléments modulaires, afin d’obtenir les meilleurs résultats.

Faire face aux restrictions américaines

Ces recherches interviennent dans un contexte de possibles restrictions américaines. En effet, au mois de mars, trois entités de la société chinoise BGI Group ont été ajoutées à une liste encadrant l’accès à la technologie américaine, en raison de problématiques liées aux droits de l’homme (cf. Etats-Unis : une proposition de loi pour « protéger les données génomiques »).

La Chine « essaye clairement de développer son potentiel biotechnologique, en particulier en commençant par ce qui est nécessaire en matière de recherche », affirme Kevin Zhao.

 

[1] Hu, J., Sun, Y., Li, B. et al. Strand-preferred base editing of organellar and nuclear genomes using CyDENT. Nat Biotechnol (2023). https://doi.org/10.1038/s41587-023-01910-9

[2] Elément de la cellule végétale contenant de la chlorophylle et assurant la photosynthèse

Source : South China Morning Post, Victoria Bela (09/09/2023)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres