Trisomie 21 : « J’ai eu deux papiers : l’un pour arrêter la grossesse, l’autre pour ne pas porter plainte contre l’hôpital »

Publié le 22 Mar, 2022

« Lorsqu’on m’a parlé de la suspicion de trisomie 21 à mon cinquième mois de grossesse, j’ai eu deux papiers : l’un pour arrêter la grossesse, l’autre pour ne pas porter plainte contre l’hôpital. Moi, ce que je voulais savoir, c’était ce qu’est la trisomie 21. » Alice Drisch est la mère d’un petit Isaac né en mars 2020 et la fondatrice de l’association M-21 destinée à apporter « écoute et informations aux parents » après le diagnostic (cf. Annonce d’un diagnostic et impact mémoriel : l’exemple de la trisomie 21).

« La question que se posent la majorité des parents, c’est : “à quoi va ressembler ma vie ? », affirme la jeune maman. « Je témoigne donc de ce qui peut arriver – même s’il y a beaucoup d’inconnues – en négatif, et en positif », explique-t-elle.

Une seule proposition : arrêter la grossesse

La jeune femme assure rester « surprise face à certains médecins qui s’étonnent de la peau marbrée d’Isaac ». Selon elle, la plupart des médecins font preuve de « méconnaissance », voire de « désintérêt total », car leur logique consiste à proposer « quasi-systématiquement » l’arrêt de grossesse. Et « sans rien expliquer » (cf. Dépistage prénatal : les familles sous pression).

Devant le sentiment de solitude ressenti après le diagnostic, « j’ai voulu me rapprocher de certaines associations, mais on ne m’en a indiqué aucune », raconte la maman d’Isaac.

« La semaine dernière encore, une femme m’a confié : “Je suis enceinte de cinq mois, mon médecin m’a dit que mon enfant ne parlerait jamais, n’irait jamais en crèche ni à l’école », témoigne Alice Drisch. « Une hérésie » selon elle, car « le professeur Lejeune a découvert, avec des scientifiques, qu’avec un bon accompagnement, les personnes peuvent vivre longtemps, se marier, gérer leur argent, etc. » (cf. Sophie Cluzel se confie au sujet de sa fille Julia, porteuse de trisomie 21).

La crainte des parents

Au vu des témoignages qu’elle reçoit, « il est souvent plus difficile pour les papas de se confronter à ce diagnostic », estime la fondatrice de M-21. Et beaucoup de femmes croient mettre en danger leur couple en gardant cet enfant différent.

« Quand on a attendu Isaac avec mon mari, voici ce qu’on a fini par se dire, témoigne Alice Drisch : “Pendant neuf mois, on était prêts pour un voyage, on avait le passeport pour aller dans tel pays précis. Mais Isaac a changé la destination du voyage. On avait peur, mais on a appris la nouvelle langue de ce pays. C’est vertigineux, flippant, mais cela reste un voyage, avec des moments merveilleux et des moments terribles” ».

 

Source : Le Figaro, Bénédicte Lutaud (21/03/2022) – Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

23_pilule_abortive
/ IVG-IMG

Pologne : le Parlement adopte une loi libéralisant l’accès à la « pilule du lendemain »

La chambre basse du Parlement polonais a adopté une loi autorisant l’accès à la « pilule du lendemain » dès ...
Canada : des soins palliatifs pédiatriques à améliorer au lieu de proposer l’« aide médicale à mourir »
/ Fin de vie

Canada : des soins palliatifs pédiatriques à améliorer au lieu de proposer l’« aide médicale à mourir »

« Trop d'enfants canadiens qui ont besoin de soins palliatifs n'en bénéficient pas, ou n'en bénéficient que dans les dernières semaines ...
Fausse-couche : l’Angleterre instaure des certificats de « perte de bébé »
/ PMA-GPA, Tous les autres thèmes

Fausse-couche : l’Angleterre instaure des certificats de « perte de bébé »

En Angleterre, les parents qui ont perdu un bébé avant 24 semaines de grossesse peuvent demander un certificat « de ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres