Trisomie 21 : « J’ai eu deux papiers : l’un pour arrêter la grossesse, l’autre pour ne pas porter plainte contre l’hôpital »

Publié le 22 Mar, 2022

« Lorsqu’on m’a parlé de la suspicion de trisomie 21 à mon cinquième mois de grossesse, j’ai eu deux papiers : l’un pour arrêter la grossesse, l’autre pour ne pas porter plainte contre l’hôpital. Moi, ce que je voulais savoir, c’était ce qu’est la trisomie 21. » Alice Drisch est la mère d’un petit Isaac né en mars 2020 et la fondatrice de l’association M-21 destinée à apporter « écoute et informations aux parents » après le diagnostic (cf. Annonce d’un diagnostic et impact mémoriel : l’exemple de la trisomie 21).

« La question que se posent la majorité des parents, c’est : “à quoi va ressembler ma vie ? », affirme la jeune maman. « Je témoigne donc de ce qui peut arriver – même s’il y a beaucoup d’inconnues – en négatif, et en positif », explique-t-elle.

Une seule proposition : arrêter la grossesse

La jeune femme assure rester « surprise face à certains médecins qui s’étonnent de la peau marbrée d’Isaac ». Selon elle, la plupart des médecins font preuve de « méconnaissance », voire de « désintérêt total », car leur logique consiste à proposer « quasi-systématiquement » l’arrêt de grossesse. Et « sans rien expliquer » (cf. Dépistage prénatal : les familles sous pression).

Devant le sentiment de solitude ressenti après le diagnostic, « j’ai voulu me rapprocher de certaines associations, mais on ne m’en a indiqué aucune », raconte la maman d’Isaac.

« La semaine dernière encore, une femme m’a confié : “Je suis enceinte de cinq mois, mon médecin m’a dit que mon enfant ne parlerait jamais, n’irait jamais en crèche ni à l’école », témoigne Alice Drisch. « Une hérésie » selon elle, car « le professeur Lejeune a découvert, avec des scientifiques, qu’avec un bon accompagnement, les personnes peuvent vivre longtemps, se marier, gérer leur argent, etc. » (cf. Sophie Cluzel se confie au sujet de sa fille Julia, porteuse de trisomie 21).

La crainte des parents

Au vu des témoignages qu’elle reçoit, « il est souvent plus difficile pour les papas de se confronter à ce diagnostic », estime la fondatrice de M-21. Et beaucoup de femmes croient mettre en danger leur couple en gardant cet enfant différent.

« Quand on a attendu Isaac avec mon mari, voici ce qu’on a fini par se dire, témoigne Alice Drisch : “Pendant neuf mois, on était prêts pour un voyage, on avait le passeport pour aller dans tel pays précis. Mais Isaac a changé la destination du voyage. On avait peur, mais on a appris la nouvelle langue de ce pays. C’est vertigineux, flippant, mais cela reste un voyage, avec des moments merveilleux et des moments terribles” ».

 

Source : Le Figaro, Bénédicte Lutaud (21/03/2022) – Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres