Télémédecine : un bénéfice pour l’environnement, mais pour le patient ?

Publié le 19 Déc, 2023

Alors que « les services de santé contribuent fortement à la consommation d’énergie et à la production de déchets »[1], des études se sont intéressées à l’impact environnemental de la télémédecine [2]. Elles font ainsi valoir que la réduction du temps de déplacement des patients pour les consultations « suffit à justifier une réduction de l’empreinte carbone des soins ».

Face à ce bénéfice environnemental [3], « le risque de diagnostics manqués lors de consultations virtuelles et qui vont donc nécessiter des consultations ou des admissions en personne ultérieures » ou encore « le risque d’augmentation des effets indésirables avec la prescription de médicaments à distance » sont portés par les patients.

« Une enquête menée par l’assurance-maladie en Ile-de-France révèle des différences notables entre les pratiques des médecins généralistes en cabinet et celles des médecins travaillant pour des plateformes dédiées à la téléconsultation » [4]. Outre « des prescriptions disproportionnées avec un grand nombre de consultations facturées illégalement avec des majorations de nuit ou de dimanche », l’étude relève que « les médecins, ne pouvant effectuer un véritable examen clinique, jouent la carte de la sécurité et prescrivent 2,5 fois plus d’antibiotiques que les généralistes en cabinet ». En outre, « près de 20 % des consultations sont suivies d’une nouvelle consultation dans la semaine, souvent en présentiel ».

Pour le Dr Christophe Prudhomme, médecin urgentiste en Seine-Saint-Denis, « ces éléments montrent une dérive commerciale encouragée par les responsables politiques successifs qui ont voulu faire croire que la technologie pouvait pallier la baisse de la démographie médicale » (cf. Téléconsultations dans les gares : des territoires « encore un peu plus considérés comme de second rang »).

Faudra-t-il sacrifier le patient sur l’autel des économies et de l’environnement ? (cf. Délit d’« écocide » : l’homme, coupable ou victime ?)

 

[1] Les soins de santé peuvent représenter « jusqu’à 5 % de l’empreinte carbone annuelle » d’un pays. Parmi les sources de ces émissions : la consommation énergétique des bâtiments, les achats et les déplacements. Santé log, Télémédecine : Elle réduit l’empreinte carbone des soins de santé (18/12/2023)

[2] « La télémédecine rassemble plusieurs types d’actes médicaux dont la téléconsultation, la téléexpertise, la télésurveillance médicale, la téléassistance médicale et la régulation médicale des appels passés au SAMU ou aux centres 15 »

[3] Les évaluations restent à consolider, en prenant par exemple en compte l’impact des déchets électroniques.

[4] L’Humanité, Téléconsultations : dire stop aux cabines de télémédecine, Christophe Prudhomme (18/12/2023)

Photo : Pixabay

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Inde : « Personne, y compris un médecin, n’est autorisé à provoquer la mort d’une autre personne »
/ Fin de vie

Inde : « Personne, y compris un médecin, n’est autorisé à provoquer la mort d’une autre personne »

Le 2 juillet, la Haute Cour de Delhi a rejeté la requête demandant de constituer une commission médicale pour évaluer ...
Passeport
/ PMA-GPA

GPA : la Cour constitutionnelle colombienne demande de nouvelles règles face au risque d’apatridie

La Cour constitutionnelle colombienne a ordonné au ministère des affaires étrangères d’accorder la nationalité colombienne à une petite fille née ...
Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement

Le 12 juillet, le parlement polonais a rejeté, avec 218 voix contre 215, une proposition de loi visant à « décriminaliser ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres