Décès après une téléconsultation : la famille porte plainte pour « homicide involontaire »

Publié le 27 Avr, 2021

Lundi 26 avril, la famille d’un homme décédé une semaine « après une téléconsultation qui n’aurait pas établi le bon diagnostic » a porté plainte.

Le patient, Jean-Christophe Allemand, est un isérois âgé de 40 ans qui souffre d’un cancer et d’une « importante obésité ». Le 20 avril, après avoir décrit ses symptômes à un médecin lors d’une téléconsultation, « une soif abondante, une langue blanche et une fatigue depuis plusieurs jours », le praticien diagnostique un « champignon sur la langue, quelque chose d’assez banal ». Jean-Christophe Allemand décèdera une semaine plus tard, suite à « une banale décompensation diabétique ».

La famille est « convaincue » que l’issue aurait été différente avec une consultation en cabinet. Pour l’avocat des plaignants, Me Hervé Gerbi, il s’agit d’une « erreur médicale grave » lié à un « interrogatoire (à distance) incomplet » (cf. Téléconsultations : un risque pour le diagnostic ?).

Avec cette plainte il ne s’agit pas uniquement du décès de ce patient, mais également de la généralisation de l’usage de la téléconsultation, qui n’est « pas valable pour tous les patients » estime l’avocat. Me Gerbi appelle les médecins à « se saisir de la question » et le Conseil de l’ordre « à lancer le débat sur la pertinence de cette pratique » (cf. Téléconsultation chez Monoprix : « La médecine ne doit pas être pratiquée comme un commerce »).

« 19 millions d’actes médicaux à distance ont été remboursés par la Sécurité sociale » en 2020, alors qu’ils étaient seulement 320 000 à l’avoir été les 18 mois précédents.

 

Sources : Sciences et avenir avec AFP (26/04/2021) ; Le Quotidien du Médecin avec AFP (26/04/2021) – Photo : iStock

Partager cette article

Synthèses de presse

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

CRISPR : premières injections chez des adultes dans le cadre d’un essai clinique

Editas Medicine mène un essai clinique sur des patients atteints d’amaurose congénitale de Leber, dans l’espoir de leur rendre la ...
Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Son bébé naît vivant après un avortement, elle regrette son choix

Le petit Keyo Blue, atteint de trisomie 18, a vécu pendant 10 heures après une interruption médicale de grossesse ...
Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Lille: il reçoit un cœur humain après avoir vécu avec un cœur artificiel

Dans le cadre d'un essai clinique Jérémy Hage a a reçu cœur artificiel, retiré au profit d'un greffon naturel au ...