OGM : « le forçage génétique impose une attention urgente »

Publié le 26 Jan, 2023

Eradiquer des populations de moustiques porteurs de maladies (cf. Moustiques génétiquement modifiés : entre Dr Jekyll et Mr Hyde ; Moustiques OGM : les nouvelles recommandations de l’OMSMoustiques OGM : une nouvelle stratégie contre le paludisme), programmer la disparition de certaines espèces ou modifier des plantes agricoles résistant aux pesticides (cf. « Nouveaux » OGM : lancement d’une consultation publique par la Commission européenne), ces promesses de forçage génétique interrogent.

Cette technique entraîne, pour tout organisme ayant une reproduction sexuée qui la subit (OGF), une transmission durable et irréversible des modifications génétiques à l’intégralité de leur descendance. Une différence importante avec les OGM car, dans ce cas, la transmission ne s’effectue que de façon limitée.

Un rapport pour alerter sur les risques

Un rapport sur cette technique a été remis au Gene Drive Symposium, en mai 2019 par un groupe de douze chercheurs, proposant des solutions alternatives comme celle de l’agroécologie.

Ils pointent notamment les conséquences imprévisibles de cette technologie, les « zones d’ombre » et « le manque criant de connaissance sur la complexité des paramètres des milieux de vie naturelle ». Ils soulèvent l’absence de débat public et la « sérieuse limitation du processus d’obtention du consentement éclairé » des populations des pays concernés.

Ils dénoncent aussi le risque d’un « pouvoir de domestication de la totalité du vivant » selon les mots de la biologiste Virginie Orgozozo et du philosophe Baptiste Morizot.

La nécessité d’une réglementation 

Des interrogations soulevées lors de la Convention sur la diversité biologique en 2016 à Cancún, au Mexique. Cependant, le moratoire pour « arrêter les expériences de diffusion dans l’environnement d’organismes génétiquement forcés », porté par l’association ETC Group, n’a pas été adopté (cf. Des ONG réclament un moratoire sur les techniques de “forçage génétique”).

Pourtant, les auteurs du rapport de 2019 notent « un besoin urgent d’une réglementation internationale efficace et juridiquement contraignante à propos des OGF » avec « un moratoire sur les expériences et l’utilisation du forçage génétique » (cf. Forçage génétique : 16 associations appellent à son interdiction). « Le forçage génétique impose une attention urgente » préviennent-ils.

 

Source : Sciences critiques, Gary Libot (20/01/2023) – Photo : Pixabay

Partager cet article

Synthèses de presse

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?
/ Fin de vie

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?

Certains patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques et décédés après l'arrêt des traitements de « maintien en vie » auraient pu se ...
Estonie : condamné pour assistance au suicide
/ Fin de vie

Estonie : condamné pour assistance au suicide

Le tribunal du comté de Tartu, en Estonie, a condamné un homme en raison de ses activités illégales liées à ...
Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant
/ Génome

Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant

La tentative d'Excision BioTherapeutics d'utiliser une thérapie génique basée sur l’outil CRISPR pour guérir le VIH ne s’est pas montrée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres