« Le droit à mourir n’est pas le versant négatif du droit à la vie »

Publié le 7 Avr, 2022

« On ne se débarrasse pas du sujet de la mort digne en l’abrégeant d’une injection létale ». Dans une tribune pour le journal La Croix, six médecins de l’Institut Curie [1] interrogent : « Quelles pressions ferait porter un droit à l’euthanasie sur des vies devenues “inutiles” ou difficiles à supporter pour leurs proches ? » « L’inégalité d’accès aux soins palliatifs ne doit pas être un motif pour lancer une discussion sur l’euthanasie », estiment-ils.

Renforcer l’information

Fort de ses nouvelles missions (cf. Fin de vie : Le nouveau mandat du CNSPFV), le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie (CNSPFV) « entend plus que jamais favoriser l’appropriation des droits par les Français, usagers comme soignants ». En commençant par informer. Car selon un sondage réalisé par le centre, « seulement 12 % des Français ont des notions claires sur la personne de confiance, 17 % sur la sédation profonde et continue et 18 % sur les directives anticipées » (cf. [Entretien E.Hirsch] La  mort par sédation ou le reniement de nos devoirs d’humanité; Directives anticipées, un risque à prendre ?).

Mais les moyens manquent. Et les soins palliatifs sont « des soins complexes, pour lesquels la T2A [2] n’est pas toujours pertinente », explique le Dr Sarah Dauchy, présidente du CNSPFV. Selon Katia Roguin, déléguée nationale de la Ligue contre le cancer, « il manque entre les personnes malades et les professionnels, un médiateur, une interface, un traducteur, un coordinateur de parcours, de l’humain ! »

Une demande de « bien-portants »

Car les demandes d’euthanasie sont finalement assez « rares ». En s’appuyant sur une étude, les oncologues de l’Institut Curie indiquent que la demande d’euthanasie « concerne peu de malades » : 3% de 2157 patients hospitalisés en soins palliatifs. Un ordre de grandeur confirmé par leur pratique clinique.

Ces médecins estiment que « la demande d’un “droit à la mort programmée » émane « essentiellement » de « bien-portants ». Accompagnée de nombreuses questions. « Le rituel ancestral » de l’accompagnement des mourants « s’efface au risque d’être remplacé par une demande technique à autrui – ici le corps soignant », déplorent-ils. Et « l’évolution de la législation s’est faite vers l’autodétermination dans une vision libérale de l’individu autonome, indépendant de tous, maîtrisant sa vie et la fin de celle-ci ».

Un « droit à mourir » ?

« L’article 2 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme garantit le droit à la vie, rappellent les signataires de la tribune. Le droit à mourir n’est pas le versant négatif du droit à la vie. »

Alors que le sujet de l’euthanasie s’est fait une place dans la campagne présidentielle, des associations tentent de faire pression. Ainsi, l’ADMD « regroupe des dizaines de milliers d’adhérents pour appuyer ses actions » (cf. « On va tous mourir » ? Oui. Mais « osons-vivre » !). En 2021, « elle a notamment aidé des députés comme Olivier Falorni à présenter un projet de loi visant à réformer la loi Claeys-Leonetti » (cf. La PPL Falorni tombe en désuétude – le spectacle exagéré des promoteurs de l’euthanasie).

Pour le moment, en France, « l’euthanasie est considérée comme un homicide » (cf. Une dizaine de militants pro-euthanasie interpelés en France).

 

[1] Docteur Angellier-Lucchi, oncologue, soins palliatifs ; Docteur Bouleuc, oncologue, soins palliatifs ; Docteur Burnod, soins palliatifs ; Docteur Dolbeaut, psychiatre, unité de psycho-oncologie ; Docteur Renault-Tessier, éducation thérapeutique ; Docteur Rollot-Trad, onco-gériatre. Tous sont médecins responsables d’unités du département interdisciplinaire de soins de support pour les patients en oncologie (DISSPO) à l’Institut Curie.

[2] Tarification à l’Activité

Sources : Le Quotidien du Médecin, Coline Garré (06/04/2022) ; La Croix, Collectif (05/04/2022) ; L’Incorrect, Alexandre de Galzain (05/04/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Transidentité : « au détriment de la liberté d'expression, c'est la liberté de suppression qui prévaut »
/ Genre

Transidentité : « au détriment de la liberté d’expression, c’est la liberté de suppression qui prévaut »

281 personnalités dénoncent les propos tenus lors d’une « formation aux transidentités » dans une université française ce mois-ci ...
CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?
/ Génome

CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?

La société Genus a modifié génétiquement des porcs via CRISPR pour qu’ils puissent résister au syndrome dysgénésique et respiratoire porcin ...
Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution
/ Génome

Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution

Dans une étude publiée dans Nature, des chercheurs ont localisé 1289 marqueurs génétiques associés au diabète de type 2, dont ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres