Interface cerveau-machine : essais aux Etats-Unis

Publié le 9 Mai, 2022

La société Synchron, rivale de Neuralink fondée par Elon Musk, lance aux Etats-Unis les essais de son implant cérébral permettant de « contrôler un ordinateur par la seule pensée ». La technologie Stentrode doit être implantée chez six patients atteints de « paralysie grave » à New York et à Pittsburgh, dans le cadre d’un essai clinique appelé Command.

L’implant « de la taille d’un trombone » est « parsemé d’électrodes », qui peuvent enregistrer les signaux neuronaux dans le cerveau. Le dispositif peut être implanté dans un vaisseau sanguin, au-dessus du cortex moteur, la région du cerveau responsable des mouvements. Les signaux « sont transmis du cerveau directement aux zones ciblées par une unité implantée sous la peau dans la poitrine ». Connectée à un récepteur externe, elle peut ensuite les envoyer à un ordinateur.

Selon Synchron, il s’agit du premier essai clinique autorisé par la FDA à une société évaluant une interface cerveau-machine implantée « de façon permanente ». Le dispositif a déjà été testé chez des patients australiens [1] (cf. Interfaces cerveau-ordinateur : une menace pour notre vie privée ?). Dans l’essai australien, « aucun événement indésirable ayant entraîné une invalidité ou un décès » n’a été déploré. « Les patients ont pu utiliser le système Stentrode sans surveillance à leur domicile pour envoyer des SMS, faire des achats en ligne, etc. », affirme l’entreprise.

Le rival Neuralink doit quant à lui être directement implanté dans le crâne. La société « est encore en train de recruter un directeur d’essais cliniques pour superviser ces essais » (cf. Neuralink : un essai clinique annoncé en 2022 ; Neuralink : plainte et enquête pour maltraitance animale). Elle a pu lever 205 millions de dollars l’année dernière, quand Synchron a levé 70 millions de dollars au total.

Complément du 21/07/2022 : Le 6 juillet, la société Synchron a implanté son dispositif dans le premier patient américain, au centre médical Mount Sinai West à New York. Le patient est atteint de SLA.

Complément du 08/06/2023 : Dans le cadre d’une étude clinique pilote, des chirurgiens de l’université de Virginie ont inséré, à la surface du cerveau de 3 candidats, des implants cérébraux développés par la startup Precision Neuroscience, une entreprise concurrente de Neuralink. C’est la première fois que la technologie de l’entreprise est appliquée sur des êtres humains.

 

[1] Essai SWITCH

Sources : Daily Mail, Jonathan Chadwick (05/05/2022) ; Insider, Grace Kay (18/07/2022) ; Trust my science, Miotisoa Randrianarisoa et J. Paiano (07/06/2023)

Partager cet article

Synthèses de presse

Genre : les bloqueurs de puberté provoquent des problèmes de fertilité « irréversibles »
/ Genre

Genre : les bloqueurs de puberté provoquent des problèmes de fertilité « irréversibles »

Selon une étude de la Mayo Clinic dévoilée fin mars, les bloqueurs de puberté peuvent provoquer des problèmes de fertilité ...
Un « embryon de synthèse » fabrique sa membrane basale

Un « embryon de synthèse » fabrique sa membrane basale

Une équipe de la Medical University of Vienna a mis en œuvre des « embryons de synthèse » pour caractériser ...
Allemagne : une première étape vers la dépénalisation de l’avortement ?
/ IVG-IMG

Allemagne : une première étape vers la dépénalisation de l’avortement ?

Une commission mandatée par le Gouvernement allemand a recommandé de dépénaliser l’avortement jusqu’à 12 semaines de grossesse ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres