Greffe combinée d’une partie du visage et d’un œil entier : une première

Publié le 10 Nov, 2023

Le 9 novembre, des chirurgiens américains ont annoncé avoir réalisé la première greffe complète d’un œil et d’une partie du visage sur un homme.

L’intervention a été pratiquée fin mai par une équipe de l’hôpital universitaire new-yorkais NYU Langone Health dirigée par le docteur Eduardo Rodriguez, responsable du département de chirurgie plastique. Elle a duré environ 21 heures, et nécessité deux salles d’opération, ainsi que 140 personnes.

Victime d’un accident du travail

Le patient, Aaron James, a eu un accident de travail en juin 2021 alors qu’il était âgé de 46 ans. Ayant touché un fil sous tension de 7 200 volts, il a perdu la majeure partie de son visage, et son bras gauche a été amputé. Après plusieurs opérations de reconstruction au Texas, l’homme a accepté de subir une greffe du visage (cf. A New-York, triple greffe du visage et des deux mains) et d’un œil. Il était inscrit sur la liste d’attente des transplantations depuis février 2023.

Durant l’intervention, le patient a reçu une greffe du nez, des lèvres et d’autres tissus du visage (cf. Aux Etats-Unis, après douze ans, décès d’une greffée du visage), mais aussi de l’œil gauche, de son orbite et du nerf optique. Des cellules souches CD34 de la moelle osseuse du donneur ont également été injectée au niveau de la connexion entre le nerf optique du donneur et celui du receveur afin d’aider le nerf à se régénérer. Ces cellules souches adultes présentent « certains avantages potentiels, non seulement en termes de modulation immunitaire, car il s’agit d’une greffe, mais également en neuro-régénération » a indiqué le Docteur Rodriguez (cf. Une thérapie cellulaire pour éviter les immunosuppresseurs ?).

La vue n’a pas été recouvrée

Aaron James s’est bien rétabli. Il a désormais pu retourner vivre chez lui dans l’Arkansas avec sa femme et sa fille. Il revient toutefois à New York chaque mois pour des rendez-vous de suivi, et doit prendre un traitement immunosuppresseur pour éviter le rejet des greffes. « Je peux de nouveau sentir, manger » a-t-il expliqué, ajoutant qu’il avait de nouveau envie de « sortir en public ».

A l’heure actuelle, le patient ne peut en revanche pas voir avec l’œil greffé, même si celui-ci présente des signes de très bonne santé, dont un flux sanguin jusqu’à la rétine et une pression oculaire normale. « Nous allons continuer à le suivre, et voir comment les choses évoluent. Mais nous avons beaucoup d’espoir » a expliqué Vaidehi Dedania, spécialiste de la rétine à l’hôpital NYU Langone Health. « Une grande partie de la rétine est préservée, et nos tests montrent qu’elle est capable de générer un signal » a-t-elle ajouté. D’autres spécialistes sont toutefois plus réservés et estiment qu’il est probablement exclu à ce stade qu’Aaron James recouvre la vue grâce à cette greffe.

Le patient savait que l’intervention n’aurait probablement qu’un bénéfice esthétique pour lui. « Même si ça ne marche pas, j’aurai un œil, et il aura au moins un aspect normal » indique-t-il (cf. Est-il légitime sur un plan éthique, de poursuivre les greffes de mains et de visage ? » ).

Régénérer le nerf optique

Jusque-là, des greffes d’yeux entiers avaient déjà été pratiquées sur des animaux avec un certain succès. Leur vision avait été restaurée, au moins en partie, dans certains cas, a indiqué la chirurgienne Kia Washington.

La plus grande difficulté est d’arriver à régénérer le nerf optique, qui a été coupé chez le patient comme chez le donneur, afin de rétablir la transmission d’informations vers le cerveau. Pour parvenir à restaurer la vue chez l’homme, il faudra combiner « beaucoup de méthodes différentes » considère Kia Washington. Parmi de futures « pistes », elle parle de la thérapie génique, de l’utilisation de cellules souches, ou encore de la préparation du cerveau du receveur via des stimulations électriques.

Sources : AFP (09/11/2023) ; CNN, Jacqueline Howard (09/11/2023)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

istock-513987873
/ Fin de vie

Trisomie 21 et Covid : six fois plus de probabilité de ne pas être réanimé

Une étude indique qu’une personne porteuse de trisomie 21 et atteinte de Covid lors de l’épidémie avait six fois plus ...
Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?
/ Genre

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?

Selon un rapport, le nombre de demandes de prise en charge pour des questions liées à l’« identité de genre » chez ...
Pilule
/ IVG-IMG

Pilule abortive : la Cour suprême américaine lève les restrictions

Les juges de la Cour suprême ont estimé que les plaignants, des associations de médecins ou des praticiens opposés à ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres