France : les vasectomies multipliées par 15 en 12 ans

Publié le 12 Fév, 2024

En France, le recours à la vasectomie a été multiplié par 15 entre 2010 et 2022, selon les auteurs de l’étude[1] menée en commun par l’Assurance maladie et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) (cf. Vasectomie : la nouvelle mode ?). Cette méthode de stérilisation définitive consiste à sectionner les canaux déférents qui conduisent les spermatozoïdes des testicules vers la prostate, bloquant leur arrivée dans la verge (cf. Infertilité masculine : un nouveau sujet de préoccupation).

Alors qu’en 2010, 1 940 hommes y ont eu recours, 30 288 opérations ont été comptabilisées en 2022 (cf. Stérilisation : une pratique encore d’actualité en Europe). Entre janvier et juin 2023, 21 000 opérations ont été enregistrées. Ces chiffres ont été rendus publics le 12 février par l’équipe Epi-Phare, dirigée par le professeur Mahmoud Zureik. Cette équipe exploite les données du système de santé pour étudier les comportements des Français.

« Des évolutions aussi rapides sont peu fréquentes en épidémiologie » note le docteur Noémie Roland qui a conduit l’étude. En douze ans, l’incidence chez les hommes de 20 à 70 ans est passée de 9,8 vasectomies pour 100 000 habitants à 149,5. C’est dans les régions Pays de la Loire et Bretagne que la tendance est la plus élevée, avec respectivement 331 vasectomies pour 100 000 hommes et 271 pour 100 000. A l’inverse, l’Ile-de-France recense 58 vasectomies pour 100 000. Concernant l’âge moyen des hommes qui y ont recours, il est passé de 44 ans à 41 ans. Parmi les hommes qui y ont eu recours, 6,8 % d’entre eux ont congelé leur sperme.

Du côté des femmes, le nombre d’opérations de stérilisation féminine, comme la ligature des trompes ou la pose d’un implant, a en revanche baissé. « Le nombre de stérilisations féminines a été divisé par deux entre 2013 et 2022 », passant « de 45 138 stérilisations en 2013 à 20 325 en 2022 », précisent les chercheurs. En 2022, on comptabilisait 2 stérilisations féminines pour 3 stérilisations masculines. L’affaire des implants Essure pourrait être une des raisons de cette baisse (cf. Essure : 200 femmes britanniques peuvent intenter une action ; Essure : les victimes une nouvelle fois déboutées ; Essure : un rapport alarmant enterré par l’ANSM ?).

 

[1] Etat des lieux de la pratique de la vasectomie en France entre 2010 et 2022, Noémie Roland, Hugo Jourdain, Alain Weill, Cédric Lebâcle, Mahmoud Zureik, 12 février 2024.

Sources : Le Parisien avec AFP (12/02/2024) ; Le Monde, Nathaniel Herzberg (12/02/2024)

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres