Cellules iPS : un premier patient traité aux Etats-Unis

Publié le 5 Sep, 2022

Aux Etats-Unis, le NIH vient d’annoncer qu’un premier patient a été traité dans le cadre d’un essai clinique utilisant des cellules souches pluripotentes induites (iPS). L’objectif est de traiter sa DMLA, de forme sèche et avancée, principale cause de cécité chez les adultes de plus de 55 ans. Le patient sera suivi durant les 15 prochaines années. Il s’agit du premier essai clinique aux Etats-Unis qui utilise des cellules iPS dérivées du patient[1]. L’essai est de phase1/2, il vise à déterminer l’innocuité de la thérapie (cf. DMLA : Un essai clinique américain utilisant des cellules iPS). Il résulte d’une collaboration entre le National Eye Institute, Fujifilm Cellular Dynamics et Opsis Therapeutics.

Kapil Bharti, qui dirige l’essai, reconnait que les essais cliniques menés au Japon sur les cellules iPS “ont donné confiance au monde entier dans la faisabilité de ces thérapies”. Dix essais cliniques y ont été lancés depuis le Nobel décerné à Shinya Yamanaka en 2012. Le gouvernement a consacré 814 milliards de dollars à ce domaine de recherche sur les dix dernières années. L’enjeu est aujourd’hui de renouveler cet investissement, alors que les essais ont montré l’innocuité de ces thérapies, mais pas encore leur efficacité. Deux essais prometteurs pourraient donner naissance aux premiers traitements à base d’iPS commercialisés : l’un, mené par Yoshiki Sawa à l’université d’Osaka pour le traitement de cardiomyopathies (cf. Première transplantation de cellules cardiaques fabriquées à base de cellules iPS), et l’autre mené par Jun Takahashi, à l’université de Kyoto, qui vise à traiter la maladie de Parkinson (cf. Soigner la maladie de Parkinson ? Les Japonais lancent le premier essai sur l’homme d’un traitement à base de cellules souches iPS).

NDLR : Au Japon, un autre essai clinique utilisant des iPS pour traiter la DMLA est en cours : Cellules iPS et DMLA : poursuite de l’essai japonais sous de nouvelles modalités

[1] Les cellules iPS ont été développées à partir de cellules sanguines du patient.

Sources : NIH (31/08/2022) ; Nature, Smriti Mallapaty (24/08/2022)

 

Partager cet article

Synthèses de presse

Un algorithme capable de déterminer si le cerveau est masculin ou féminin
/ Genre

Un algorithme capable de déterminer si le cerveau est masculin ou féminin

L'algorithme peut reconnaître, dans plus de 90% des cas, si les IRM sont celles d'un « biologiquement masculin ou féminin ...
Suicide assisté : des projets de loi dans l’Illinois et en Pennsylvanie
/ Fin de vie

Suicide assisté : des projets de loi dans l’Illinois et en Pennsylvanie

Aux Etats-Unis, les législateurs de l’Illinois et de Pennsylvanie envisagent d'adopter une loi sur le suicide assisté ...
Angleterre : un homme mélange son sperme à celui de son père pour féconder sa femme
/ PMA-GPA

Angleterre : un homme mélange son sperme à celui de son père pour féconder sa femme

Le conseil municipal de Barnsley a demandé que soit pratiqué un test ADN pour déterminer l’identité du père biologique de ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres