Une méthode pour effacer la « mémoire épigénétique » des cellules iPS

Publié le 1 Sep, 2023

Une équipe de chercheurs a mis au point une « nouvelle méthode de reprogrammation des cellules humaines afin de mieux imiter les cellules souches embryonnaires ». Leur étude a été publiée dans Nature [1].

Supprimer la mémoire épigénétique

La capacité de reprogrammer artificiellement des cellules somatiques humaines, telles que les cellules de la peau, en cellules souches pluripotentes induites (iPS) a permis de produire un « nombre pratiquement illimité » de cellules semblables aux cellules embryonnaires (CSE). Les applications sont « très répandues dans la modélisation des maladies, le criblage de médicaments et les thérapies cellulaires » (cf. Les cellules iPS, alliées des chercheurs).

« Toutefois le processus de reprogrammation conventionnel pose un problème persistant, explique le professeur Ryan Lister du Harry Perkins Institute of Medical Research : les cellules iPS peuvent conserver une mémoire épigénétique de leur état somatique d’origine, ainsi que d’autres anomalies épigénétiques. » Ce qui peut « créer des différences fonctionnelles entre les cellules iPS et les cellules souches embryonnaires qu’elles sont censées imiter, et les cellules spécialisées qui en sont dérivées par la suite », affirme-t-il.

Des cellules iPS plus efficaces

La méthode mise au point par les chercheurs, appelée « reprogrammation par traitement transitoire naïf »[2] (TNT), « imite la réinitialisation de l’épigénome d’une cellule qui se produit au tout début du développement embryonnaire », indique le professeur Jose Polo, du Monash Biomedicine Discovery Institute. « Cela réduit considérablement les différences entre les cellules iPS et les CSE et maximise l’efficacité de l’application des cellules iPS humaines », affirme le chercheur. Ces cellules TNT-iPS se différencient « en de nombreuses autres cellules », mieux que les cellules iPS générées par la méthode standard, soutient quant à lui le Dr Daniel Poppe, biologiste cellulaire au Harry Perkins Institute.

« Les mécanismes moléculaires précis qui sous-tendent les aberrations de l’épigénome des iPS et leur correction ne sont pas entièrement connus », tempère toutefois le Pr Polo. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour les comprendre, souligne-t-il.

 

[1] Ryan Lister, Transient naive reprogramming corrects hiPS cells functionally and epigenetically, Nature (2023). DOI: 10.1038/s41586-023-06424-7

[2] transient-naïve-treatment

Source : Phys.org, Monash University (16/08/2023) – Photo : Pixabay

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Suisse : une « capsule » pour se suicider « très bientôt » ?
/ Fin de vie

Suisse : une « capsule » pour se suicider « très bientôt » ?

L'organisation The Last Resort a indiqué que la « capsule » de suicide assisté Sarco pourrait être utilisée « très bientôt » pour la ...
Neurotechnologies : l’urgence d’instaurer des « neurodroits »
/ Transhumanisme

Neurotechnologies : l’urgence d’instaurer des « neurodroits »

Rafael Yuste, neurobiologiste, professeur à Columbia et cofondateur de la NeuroRights Foundation, appelle à instaurer des « neurodroits » au ...
Myopathie de Duchenne : « fragmenter » des gènes avant de les reconstituer
/ Génome

Myopathie de Duchenne : « fragmenter » des gènes avant de les reconstituer

Des chercheurs ont découvert une « nouvelle manière de traiter la dystrophie musculaire de Duchenne » qui pourrait s'appliquer à d'autres pathologies ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres