Texas : les urgentistes ne sont pas obligés de pratiquer des avortements

Publié le 4 Jan, 2024

Le Gouvernement américain ne peut pas appliquer au Texas les directives fédérales obligeant les médecins exerçant dans des services d’urgence à pratiquer des avortements (cf. Avortement : le Gouvernement fédéral américain poursuit l’Idaho). C’est le verdict rendu à l’unanimité mardi par la cinquième Cour d’appel fédérale, donnant raison à l’Etat dans une action en justice accusant l’administration Biden « d’outrepasser son autorité ».

Il appartient aux médecins de « trouver un équilibre entre les besoins médicaux de la mère et du fœtus, tout en se conformant aux lois sur l’avortement en vigueur dans l’Etat concerné », a expliqué le juge Kurt Engelhardt, qui s’est exprimé au nom de la commission du cinquième circuit. La loi « n’accorde pas un droit absolu à la femme enceinte d’avorter », a-t-il rappelé face à « la tentative de l’administration Biden “d’étendre la portée de l’EMTALA”[1] ». « L’EMTALA n’impose aucun type spécifique de traitement médical, et encore moins l’avortement », souligne la Cour.

Cette décision a confirmé l’ordonnance d’une juridiction inférieure. En revanche, l’année dernière, un juge fédéral est parvenu à la conclusion opposée dans un procès similaire en Idaho, bloquant l’interdiction d’avorter dans cet Etat après avoir estimé qu’elle était en conflit avec l’EMTALA (cf. Avortement : deux décisions opposées en Caroline du Sud et dans l’Idaho). La Cour d’appel du 9e circuit des Etats-Unis devrait entendre l’appel de cette décision dans le courant du mois.

Complément du 25/06/2024 : Les médecins du Texas n’ont pas besoin d’attendre que l’état de la patiente mette sa vie en danger ou qu’il « altère une fonction corporelle majeure » pour pratiquer un avortement, selon les directives publiées par le Texas Medical Board. Il a toutefois refusé de fournir une liste des affections qui autoriseraient un avortement, expliquant que la situation de chaque patiente est différente et que l’énumération de certaines pathologies pourrait rendre plus difficile l’autorisation d’une IVG pour des affections non répertoriées. Au-delà de ces précisions, « toute modification plus importante de la loi sur l’avortement devra être apportée par les législateurs », a déclaré le conseil.

 

[1] La loi EMTALA (Emergency Medical Treatment & Labor Act) vise à garantir l’accès du public aux services d’urgence, quelle que soit sa capacité à payer

Sources : Reuters, Brendan Pierson (03/01/2024) ; ADF (02/01/2024) ; Axios, Naheed Rajwani-Dharsi (23/06/2024)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Suisse : une « capsule » pour se suicider « très bientôt » ?
/ Fin de vie

Suisse : une « capsule » pour se suicider « très bientôt » ?

L'organisation The Last Resort a indiqué que la « capsule » de suicide assisté Sarco pourrait être utilisée « très bientôt » pour la ...
Neurotechnologies : l’urgence d’instaurer des « neurodroits »
/ Transhumanisme

Neurotechnologies : l’urgence d’instaurer des « neurodroits »

Rafael Yuste, neurobiologiste, professeur à Columbia et cofondateur de la NeuroRights Foundation, appelle à instaurer des « neurodroits » au ...
Myopathie de Duchenne : « fragmenter » des gènes avant de les reconstituer
/ Génome

Myopathie de Duchenne : « fragmenter » des gènes avant de les reconstituer

Des chercheurs ont découvert une « nouvelle manière de traiter la dystrophie musculaire de Duchenne » qui pourrait s'appliquer à d'autres pathologies ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres