Royaume-Uni : une jeune femme gagne son procès en affirmant qu’elle n’aurait pas dû vivre

Publié le 6 Déc, 2021

Une jeune londonienne de 20 ans a gagné son procès contre le médecin de sa mère, pour « être née dans un état endommagé » (Cf. La dernière génération d’enfants trisomiques ?).

Evie Toombes souffre en effet de spina bifida. Elle a engagé ce procès « historique » pour « conception erronée », affirmant qu’elle n’aurait jamais dû naître. Elle argumente que le médecin aurait dû dire à sa mère de prendre de l’acide folique avant sa conception. La mère estime qu’elle aurait « reporté sa grossesse » et qu’elle aurait donné naissance à un bébé « normal et en bonne santé » (Cf. « Mieux vaut être mort qu’handicapé » ?).

De son côté, le médecin a « nié toute responsabilité ». Il affirme qu’il a « donné des conseils raisonnables sur l’opportunité de prendre des suppléments d’acide folique ».

La juge Rosalin Coe QC de la Haute cour de Londres a accordé à la jeune femme des dommages intérêts. Ils doivent « couvrir l’ensemble des frais médicaux à la charge de la famille depuis la naissance », ainsi que « les soins intensifs à vie ». Selon son avocat, le montant de ces dommages et intérêts n’a pas encore été évalué (Cf. Des parents poursuivent l’hôpital qui ne leur a pas proposé de DPNI).

Sources : Slate, Robin Tutenges (04/12/2021) ; New-York Post, Alice Fuller (01/12/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres