Recherche sur des rats paralysés avec des cellules embryonnaires humaines

Publié le : 30 juin 2003

Une équipe américaine vient de rapporter dans le « Journal of Neuroscience » les résultats d’une étude menée sur des rats paralysés. Ces rats constituent un modèle d’étude de la sclérose amyotrophique (SLA) ou maladie de Charcot.

 

Les chercheurs ont injecté dans le liquide céphalo-rachidien de ces rats paralysés des cellules souches embryonnaires humaines.

Les cellules souches embryonnaires ont été retrouvées implantées à l’intérieur de la moelle. La plupart de ces cellules étaient devenues des cellules nerveuses mais seulement 4 cellules souches par rat sont devenues des motoneurones, s’étendant de la moelle au muscle ce qui n’était pas suffisant pour expliquer l’amélioration clinique observée.

 

Les chercheurs ont alors découvert que les cellules humaines produisaient en grande quantité deux signaux de croissance qui favorisent les connexions entre les neurones. Le blocage de ces signaux en laboratoire a supprimé l’effet bénéfique des cellules souches.

<p>Le Quotidien du Médecin (Dr Emmanuel de Viel) 30/06/03</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres