Prélèvement d’organes : hausse du taux d’opposition des familles

Publié le 23 Juin, 2022

A l’occasion de la 22ème « journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs » ce 22 juin, l’Agence de la biomédecine (ABM) livre quelques chiffres sur cette activité pour l’année 2022[1].

Stoppés par la crise sanitaire, les prélèvements et greffes d’organes avaient chuté en 2020 de 25% (4417 greffes réalisées). En 2021, l’activité est repartie à la hausse avec 5276 greffes réalisées (+19,3% par rapport à 2020). Pour les premiers mois de 2022, l’activité est toujours en hausse (+4,2% par rapport aux premiers mois de 2021, ce qui représente 98 greffes supplémentaires[2]) « mais n’a pas retrouvé son niveau d’avant crise ». En cause : toujours les effets de la pandémie, mais aussi une hausse du taux d’opposition des familles.

Le taux de refus atteignait en moyenne 30% entre 2017 et 2019. Il est passé à 34,2% pour les premiers mois de 2022, avec un pic à 37% en avril [3]. Une hausse elle aussi due à la crise sanitaire selon le Pr Tsimaratos, directeur général adjoint en charge de la politique médicale et scientifique à l’Agence de la biomédecine : « Certains proches ‘n’ont pas vu le défunt mourir’, en raison des restrictions sanitaires, rendant la décision ‘d’autant plus difficile’ »[4]. En revanche le nombre d’inscriptions sur le registre national des refus est en baisse : 38 437 en 2020, 23 495 en 2021. L’Agence de la biomédecine a observé des pics « lors des confinements, de la mise en place du passe sanitaire ou encore du ‘convoi de la liberté’ »[5]-[6].

Face à ce constat, la sempiternelle réponse de l’ABM : une campagne de communication. Cette année, peu de frais, c’est la campagne 2021 qui est relancée, « Dons d’organes, un lien qui nous unit tous » (cf. 20e journée du don d’organes : de quoi parle-t-on ?). Avec une nouvelle expression, le « civisme sanitaire ».

 

[1] Conférence de presse organisée le 15 juin

[2] La hausse concerne surtout les prélèvements Maastricht 3, avec +14% cf. Greffes d’organes en France : les prélèvements Maastricht 3 en hausse

[3] Il atteint 46,3% en Ile de France, 43,3% en Lorraine et 40,2% en Paca

[4] Le Quotidien du médecin, Elsa Bellanger (22/06/2022)

[5] 175000 personnes se sont inscrites sur le registre des refus ces 4 dernières années

[6] Le Parisien, Florence Méréo (22/06/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

"Aide médicale à mourir" : débat au Parlement britannique
/ Fin de vie

“Aide médicale à mourir” : débat au Parlement britannique

Les députés britanniques ont débattu sur la légalisation de l'"aide à mourir" pour les "adultes mentalement compétents et en phase ...
02_google
/ IVG-IMG

Avortement : Google supprime les données de localisation

Google prévoit de supprimer automatiquement les données de localisation des utilisateurs en cas de visite dans une « clinique spécialisée ...
piglet-1639587_960_720
/ Don d'organes

Xénogreffe : des précisions sur la greffe cardiaque réalisée en janvier

L’autopsie du patient est détaillée dans un article publié le 22 juin. Les chirurgiens espèrent lancer un essai clinique ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres