Les expéditions d’embryons multipliées par trois durant le Covid

Publié le 30 Août, 2021

Un couple néo-zélandais attend l’arrivée de son embryon, fabriqué en Australie, lors d’une série de FIV en 2018. Contraints de rentrer en Nouvelle-Zélande en avril dernier, leur embryon était resté dans une clinique de fertilité de Brisbane. Ce « stockage » leur coûte 600 dollars par an (Cf. PMA, la marchandisation du désir d’enfant).

L’embryon de Tenysha et Allan est désormais en route pour la Nouvelle-Zélande. Un nouveau service d’expédition d’embryons et de gamètes a dû être créé, afin de faire face à la demande qui a été multipliée par trois durant la pandémie (cf. Covid-19 : des autorisations de déplacements délivrées pour contourner la loi australienne en matière de PMA et GPA). Traditionnellement, ces embryons « offshores » étaient “accompagnés” par la même personne de la clinique de départ jusqu’à celle de leur arrivée. En raison des limitations de déplacement, de plus en plus de couples choisissent de les faire voyager “sans accompagnateur”. Le transport s’effectue alors dans un conteneur d’expédition d’azote liquide, pour un coût d’environ 3000 dollars. De plus, les importations sont soumises au respect des différentes législations des pays importateurs. Ainsi, la HART Act applicable en Nouvelle-Zélande depuis 2004, prévoit que les donneurs de gamètes doivent être identifiables et non-rémunérés. Il est donc illégal d’importer des embryons créés à l’étranger qui ne respecteraient pas ces conditions.

Source : NZ Herald, Sophie Trigger ( 28/08/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres