Nouvelle-Zélande : les médecins rémunérés 1087$ pour pratiquer une euthanasie

Publié le 12 Oct, 2021

En Nouvelle-Zélande, la loi autorisant l’euthanasie entrera en vigueur le 7 novembre prochain (cf. Euthanasie en Nouvelle-Zélande : les personnes handicapées inquiètes ; Nouvelle Zélande : loi sur l’euthanasie et objection de conscience). Elle fait suite à un référendum organisé en 2020 : 65% des votants s’étaient prononcé en faveur de l’autorisation de cette pratique (cf. Nouvelle-Zélande : le référendum sur l’euthanasie sera lourd de conséquences).

Pour avoir recours à l’euthanasie, le patient devra être en phase terminale avec une espérance de vie inférieure à six mois, déclarer subir des « souffrances insupportables » et être en capacité de prendre une « décision éclairée ». Une capacité évaluée par un psychiatre en cas d’« incertitude ».

La publication des tarifs

L’accord de deux médecins sera nécessaire pour autoriser l’euthanasie. Le médecin qui effectuera la procédure sera quant à lui rémunéré à hauteur de 1087,20$ par intervention (NdlR : l’équivalent de 654€). Un salaire qui n’inclut pas la prise en charge d’éventuels frais de déplacements. Le « barème de prix pour la pratique » a été publié au journal officiel.

D’autres frais pourraient intervenir, telle que la rémunération le cas échéant du psychiatre sollicité pour « déclarer que la personne demandant l’aide à mourir est saine d’esprit et qu’elle ne subit pas de pression pour le faire ». Mais ce n’est pas le patient qui aura à payer tous ces frais. Gratuits pour lui, « ils seront pris en charge par la communauté ».

Un registre des médecins

Au-delà du comité de suivi de la loi qui comporte trois membres, un autre organe, le Support and Consultation for End of Life in New Zealand (SCENZ), sera en charge de tenir la liste des praticiens pratiquant l’« aide à mourir ».

 

Source : Stuff, Henry Cooke (12/10/2021) – Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

10_dpni
/ Diagnostic Prénatal

Le développement mondial du marché du test prénatal non invasif

Le marché du test de dépistage prénatal non invasif (DPNI) qui analyse l'ADN fœtal, devrait atteindre les 7,3 milliards en ...
Test de grossesse
/ IVG-IMG

IVG : « C’était tellement écrasant que je me suis mise à pleurer »

Erica avait toujours dit que si elle tombait enceinte de façon inattendue, elle ne garderait pas le bébé, mais brusquement ...
Olivier Véran annonce le « déploiement national » de l’espace de santé numérique
/ E-santé

Olivier Véran annonce le « déploiement national » de l’espace de santé numérique

Olivier Véran a annoncé hier le déploiement de l’ENS pour l’ensemble des français et des soignants, dès le 1er janvier ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres