Euthanasie en Nouvelle-Zélande : un an de dépénalisation et déjà des évolutions ?

Publié le 7 Nov, 2022

La loi autorisant l’euthanasie en Nouvelle-Zélande est entrée en vigueur il y a un an (cf. Entrée en vigueur de la loi sur l’euthanasie en Nouvelle-Zélande). Son promoteur, David Seymour, réclame déjà des évolutions, voulant passer outre l’exigence pour y recourir selon laquelle un patient n’a que six mois à vivre.

Depuis la promulgation du texte, 214 patients sont décédés après une euthanasie. Un demandeur sur six est mort avant que ne soit pratiquée l’euthanasie. Au total, 596 personnes ont formulé une demande et 294 personnes ont été jugées éligibles. Un tiers des patients non éligibles l’étaient sur le critère de maladie en phase terminale.

David Seymour reconnaît avoir accepté l’exigence des six mois afin d’obtenir le soutien d’un autre parti, dans le but de faire adopter le projet de loi. Initialement le texte se contentait d’évoquer des « affections graves et irrémédiables ». Une formulation jugée « trop large » par certaines formations politiques, inquiètes qu’elle puisse conduire à autoriser l’euthanasie de personnes handicapées ou de patients souffrant de troubles mentaux[1] (cf. Euthanasie de personnes handicapées : des experts des Nations unies inquiets).

Un examen de la loi est prévu en 2024.

 

[1] Pour le directeur général du Réseau néo-zélandais de soutien aux personnes handicapées, Peter Reynolds, « malgré la différence entre le handicap et les problèmes de santé chroniques ou permanents, les définitions utilisées par le ministère de la Santé et l’Organisation mondiale de la santé prêtent à confusion et peuvent facilement être interchangées ».

Source : NZ Herald, Isaac Davison (07/11/2022)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Inde : « Personne, y compris un médecin, n’est autorisé à provoquer la mort d’une autre personne »
/ Fin de vie

Inde : « Personne, y compris un médecin, n’est autorisé à provoquer la mort d’une autre personne »

Le 2 juillet, la Haute Cour de Delhi a rejeté la requête demandant de constituer une commission médicale pour évaluer ...
Passeport
/ PMA-GPA

GPA : la Cour constitutionnelle colombienne demande de nouvelles règles face au risque d’apatridie

La Cour constitutionnelle colombienne a ordonné au ministère des affaires étrangères d’accorder la nationalité colombienne à une petite fille née ...
Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement

Le 12 juillet, le parlement polonais a rejeté, avec 218 voix contre 215, une proposition de loi visant à « décriminaliser ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres