Irlande du Nord : maintien de la loi autorisant l’avortement en cas de handicap

Publié le 16 Déc, 2021

Un projet de loi visant à interdire les avortements en Irlande du Nord en cas de handicaps non mortels a été rejeté. A l’issu d’un vote serré, les députés du Parlement d’Irlande du Nord, ont voté par 45 voix contre 42 le rejet du projet de loi. En juillet 2019, les députés avaient dépénalisé l’avortement en Irlande du Nord. Les interruptions de grossesse sont autorisées au cours des 12 premières semaines de grossesse. Cette limite est portée à 24 semaines « lorsque la poursuite d’une grossesse comporterait un risque pour la santé physique ou mentale de la femme ». Il n’y a pas de limite de durée dans « les cas d’anomalie fœtale mortelle » ou de « déficience mentale ou physique grave ».

Le projet de loi qui vient d’être rejeté avait été présenté par le député Paul Givan, avant qu’il ne devienne premier ministre. En effet, la règlementation de l’avortement en Irlande du Nord avait été modifiée en 2020, par l’adoption d’une loi à Westminster (cf. Irlande du Nord : le gouvernement britannique impose l’avortement). Cette loi supprimait le délai pour les interruptions de grossesse, en cas de « risque substantiel » que « le fœtus souffre d’une déficience mentale ou physique grave ». La loi autorisait ainsi les avortements durant toute la grossesse notamment des enfants trisomiques (cf. Avortement eugénique : de la trisomie à l’autisme ?).

Le premier ministre appartient au DUP, parti opposé à l’avortement et au développement des cliniques d’avortement en Irlande du Nord. Christopher Stalford, député du DUP, a déclaré être « déçu » que l’amendement sur l’avortement pour “déficience fœtale sévère” ait été rejeté par l’Assemblée. « Le projet de loi aurait rendu illégal l’avortement d’un bébé jusqu’à la naissance (plus de 40 semaines) pour des handicaps tels que la trisomie 21, le pied bot ou la fente labiale », rappelle-t-il. « Le fait que les députés aient rejeté cela est profondément inquiétant et envoie un message terrible sur la valeur que l’Assemblée d’Irlande du Nord accorde à la vie d’un enfant handicapé à naître », a-t-il ajouté (cf. Enceinte d’une petite fille porteuse de trisomie 21, le médecin lui propose l’avortement). « Chaque vie doit être valorisée », affirme-t-t-il. « Nous continuerons à plaider en faveur des politiques qui encouragent la préservation de la vie à la fois à l’Assemblée d’Irlande du Nord et à l’exécutif d’Irlande du Nord »,

Source : BBC News, Jayne McCormack (15/12/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

cese
/ Fin de vie

Convention citoyenne sur la fin de vie : le CESE se dote d’un “comité de gouvernance”

La SFAP propose aux participants à la convention une "immersion d’un ou deux jours dans une structure de soins palliatifs" ...
Transgenre : « nous sommes devenus nous-mêmes le produit que nous devons conquérir »
/ Genre

Transgenre : « nous sommes devenus nous-mêmes le produit que nous devons conquérir »

Il existe « un intérêt financier à banaliser la transformation des corps par la chirurgie et les produits chimiques », ...
"Brain 2.0" : plusieurs milliards de dollars pour cartographier le cerveau
/ Génome, Transhumanisme

“Brain 2.0” : plusieurs milliards de dollars pour cartographier le cerveau

Les NIH ont lancé l’initiative « Brain 2.0 » pour cartographier entièrement les 86 milliards de neurones humains ainsi que leurs connexions ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres