GPA : l’alerte des mères adoptantes

Publié le 6 Jan, 2022

Pour la première fois en France des femmes ayant adopté des enfants « élèvent la voix pour s’inquiéter de la promotion croissante de la pratique des mères porteuses et des discours “candides” excluant toute voix dissonante » (cf. « Ceux qui utilisent le mot éthique comme complément de la GPA sont des menteurs, des ignorants ou des candides »).

Dans les médias, les témoignages de couples ayant eu recours à la gestation par autrui (GPA) se multiplient. Et Sabine Blanchard, une mère adoptante, constate avec onze autres mères que « des couples deviennent parents sans aucune interrogation sur le sort de ces femmes et le devenir des enfants ». « Le débat n’est pas permis », regrette-t-elle.

Ces femmes souhaitent alerter « sur les aberrations de la GPA » (cf. GPA : « On ne peut pas remplacer une souffrance d’adulte par une souffrance d’enfant »). Elles affirment leur légitimité : « en adoptant, nous avons été confrontées aux drames que vivent ces enfants, avec l’abandon comme point de départ. » « Ils ont des angoisses de séparation, une béance à l’origine de leur vie que nous essayons de combler », témoignent ces mères adoptantes. Elles rappellent que leurs enfants « ont la particularité d’avoir vécu dans leur chair une vie utérine et un abandon, très peu de temps après leur naissance. » « Nous pouvons chacune attester des ravages – et nous pesons nos mots – de cette séparation dramatique du nouveau-né de celle qui l’a porté et accouché », affirment-elles (Cf. GPA : une petite fille abandonnée par ses commanditaires en Ukraine).

Ainsi, ces mères témoignent qu’une fillette de sept ans « demande très souvent, au moment de son coucher, pourquoi ‘‘sa maman de naissance est partie’’, et pleure à chaudes larmes sur cet abandon qui a eu lieu à l’instant même où elle naissait ». Elles ajoutent : « Comment ces petits nés par GPA pourront mettre des mots sur leur naissance ? Seront-ils autorisés à dire une éventuelle souffrance quant à la séparation de celles qui les auront mis au monde ? »

Selon Marc Lasserre, le président du Mouvement pour l’adoption sans frontières, « aujourd’hui, on n’utilise pas tout ce que l’on a appris sur les adoptions pour réfléchir à l’avenir de ces enfants nés de mère porteuse ». « Dans trente ans, quel sera le récit familial de ces enfants ?, s’interroge-t-il. S’ils font une recherche sur leurs origines, à quoi auront-ils accès ? Il faut se placer du point de vue des enfants. Ne reproduisons pas les mêmes erreurs que celles qui ont pu être commises pour les adoptions dans les années 1970-1980. »

 

Source : Le Figaro, Agnès Leclair (05/11/2022) – Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?
/ Fin de vie

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?

Certains patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques et décédés après l'arrêt des traitements de « maintien en vie » auraient pu se ...
Estonie : condamné pour assistance au suicide
/ Fin de vie

Estonie : condamné pour assistance au suicide

Le tribunal du comté de Tartu, en Estonie, a condamné un homme en raison de ses activités illégales liées à ...
Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant
/ Génome

Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant

La tentative d'Excision BioTherapeutics d'utiliser une thérapie génique basée sur l’outil CRISPR pour guérir le VIH ne s’est pas montrée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres