Ecosse : un nombre « record » d’avortements en 2023

Publié le 11 Juin, 2024

Selon les statistiques de Public Health Scotland, 18 207 avortements ont été pratiqués en Ecosse en 2023. Le chiffre le plus élevé observé jusque là. Une augmentation de 9,63 % a été constatée par rapport à 2022.

Le taux de recours est passé de 16,1 pour 1 000 femmes âgées de 15 à 44 ans en 2022 à 17,6 en 2023, soit une augmentation de 9,32 %.

Les chiffres ont augmenté pour toutes les classes d’âge et dans toutes les régions. Les statistiques montrent ainsi une hausse de 29,2 % du nombre d’avortements chez les jeunes filles de 15 ans et moins par rapport à 2022, avec 113 avortements pour cette classe d’âge en 2022, contre 146 en 2023.

En 2023, les « avortements à répétition » ont en outre représenté 39,92 % de tous les avortements, passant de 6 443 en 2022 à 7 268 en 2023. Les avortements « tardifs », ayant eu lieu après 21 semaines de grossesse, ont, eux, augmenté de 35 % par rapport à 2022.

Les statistiques montrent aussi une augmentation de 4 % des avortements liés au handicap en Ecosse. En effet, 285 fœtus porteurs de handicap ont été avortés en 2023, dont 49 en raison d’une trisomie 21. Ils étaient 274 en 2022.

Cette importante augmentation des avortements arrive trois ans après l’autorisation des avortements à domicile en Ecosse (cf. Les Ecossaises autorisées à avorter à domicile).

Une augmentation de 17,34 % en Angleterre et au Pays de Galles

Les chiffres de l’Ecosse arrivent peu de temps après ceux du ministère de la Santé et des Affaires sociales (DHSC) concernant les avortements pratiqués en Angleterre et au Pays de Galles. En 2022, 252 122 avortements ont été recensés, soit une augmentation de 37 253 (17,34 %) par rapport à 2021 et le plus grand nombre d’avortements enregistré jusque là (cf. Angleterre et Pays de Galles : les avortements à nouveau en hausse en 2022). Parmi ceux-ci, 102 689 avortements concernaient des femmes ayant déjà avorté, soit une augmentation de 12,46 % par rapport à 2021 (91 313).

Les statistiques révèlent également qu’il y a eu 3 124 avortements en raison du handicap de l’enfant à naitre en 2022. Parmi eux, 256 ont eu lieu à 24 semaines de grossesse ou plus, et 760 concernaient des bébés porteurs de trisomie 21.

Actuellement, en Angleterre et au Pays de Galles, l’avortement est autorisé jusqu’à 24 semaines (cf. Avortement : 700 médecins anglais demandent une réduction des délais de 24 à 22 semaines). En cas de handicap du bébé, notamment de trisomie 21, il est toutefois possible d’avorter jusqu’à la naissance (cf. Avortement et trisomie 21 : le recours d’Heidi Crowter rejeté en appel). Un amendement au projet de loi sur la justice pénale a cependant été déposé par un député, Sir Liam Fox, afin de mettre fin à cette exception et d’unifier les délais en autorisant l’avortement jusqu’à 24 semaines quelle que soit la situation. Il a été signé par plus de 76 députés .

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

istock-513987873
/ Fin de vie

Trisomie 21 et Covid : six fois plus de probabilité de ne pas être réanimé

Une étude indique qu’une personne porteuse de trisomie 21 et atteinte de Covid lors de l’épidémie avait six fois plus ...
Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?
/ Genre

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?

Selon un rapport, le nombre de demandes de prise en charge pour des questions liées à l’« identité de genre » chez ...
Pilule
/ IVG-IMG

Pilule abortive : la Cour suprême américaine lève les restrictions

Les juges de la Cour suprême ont estimé que les plaignants, des associations de médecins ou des praticiens opposés à ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres