« Déchiqueter » un cancer grâce à CRISPR ?

Publié le 28 Nov, 2023

Selon les conclusions d’une nouvelle étude des instituts Gladstone, la technologie d’édition de gènes CRISPR semble « prometteuse » en tant que stratégie thérapeutique pour le glioblastome primaire, un cancer du cerveau agressif et difficile à traiter. Ces travaux ont été publiés dans la revue Cell Reports [1].

Eliminer les cellules en les « découpant » en morceaux

A l’aide d’une nouvelle technique qu’ils ont baptisée « déchiquetage du cancer »[2], les chercheurs ont programmé CRISPR pour qu’il se concentre sur des séquences d’ADN répétitives présentes uniquement dans les cellules tumorales ayant échappé au traitement, puis pour qu’il élimine ces cellules en les « découpant ».

Travaillant avec des lignées cellulaires d’un patient dont le glioblastome était réapparu après des traitements antérieurs, l’équipe a utilisé CRISPR pour détruire les cellules tumorales tout en épargnant les cellules saines.

Eviter la rechute

« Le glioblastome est le cancer du cerveau le plus fréquent et le plus mortel, et les patients n’ont toujours pas de bonnes options de traitement », explique Christof Fellmann, docteur en médecine, qui a dirigé l’étude à Gladstone. « Les patients reçoivent généralement une chimiothérapie, une radiothérapie et une chirurgie, mais la plupart d’entre eux rechutent en quelques mois, indique-t-il. Nous voulions savoir si nous pouvions faire quelque chose d’original qui permettrait de contourner le problème de la récidive ».

Car les traitements anticancéreux tuent rarement toutes les cellules tumorales. Dans le glioblastome, comme dans de nombreux autres cancers présentant un risque élevé de récidive, les cellules tumorales qui échappent au traitement développent de multiples adaptations génétiques, ou mutations, qui leur permettent de proliférer. S’appuyant sur ses recherches antérieures, l’équipe de Gladstone a supposé que ces cellules mutées présentent une signature génétique unique qui pourrait être ciblée.

Ainsi, en utilisant des méthodes informatiques pour analyser des génomes entiers de cellules cancéreuses, l’équipe a examiné l’ADN non codant pour identifier le « code répétitif » qu’elles partageaient toutes, même si elles abritaient diverses mutations. Cette technique pourrait être utilisée pour d’autres types de tumeur.

CRISPR, une modalité de traitement en soi

Jusqu’à très récemment, CRISPR a été utilisé principalement dans le développement de thérapies ou comme un outil de recherche, mais pas comme une modalité de traitement en soi.

Mi-novembre, les autorités britanniques ont approuvé la première thérapie basée sur CRISPR, conçue pour guérir la drépanocytose et la bêta-thalassémie (cf. Drépanocytose : une thérapie jugée « sûre » par la FDA). Aux Etats-Unis, la FDA devrait prendre une décision sur la même approche thérapeutique au début du mois de décembre.

Cependant, l’équipe impliquée dans cette recherche sur le glioblastome affirme qu’il reste encore beaucoup à faire « pour transformer ces résultats prometteurs en une thérapie prête à être testée sur des patients ». Il reste notamment à déterminer comment CRISPR doit être administré aux patients atteints de glioblastome, et comment garantir qu’il n’y aura pas d’effets hors cible (cf. CRISPR-Cas9 : des effets « off target » plus nombreux et difficiles à détecter).

 

[1] I-Li Tan et al, Targeting the non-coding genome and temozolomide signature enables CRISPR-mediated glioma oncolysis, Cell Reports (2023). DOI: 10.1016/j.celrep.2023.113339

[2] ‘cancer shredding’

Source : Medical Xpress, Gladstone Institutes (27/11/2023) – Photo : iStock

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

02_ogm_mais
/ OGM

NTG : une nouvelle règlementation en Thaïlande pour augmenter les rendements agricoles

Le ministre de l’Agriculture thaïlandais a approuvé une réglementation autorisant l'usage des nouvelles techniques génomiques ...
Californie : les parents ne seront pas informés si leur enfant change de genre
/ Genre

Californie : les parents ne seront pas informés si leur enfant change de genre

Le gouverneur de Californie a signé une loi visant à interdire l'adoption de règles exigeant que les écoles informent les ...
Stimulation cérébrale profonde : trois Espagnols renoncent à l’euthanasie
/ Fin de vie

Stimulation cérébrale profonde : trois Espagnols renoncent à l’euthanasie

Trois personnes qui avaient demandé l'euthanasie ont changé d'avis après avoir reçu un traitement neurochirurgical expérimental visant à soulager la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres