Banques de sperme : Comme le Danemark, la Norvège se met à l’export

Publié le 24 Mai, 2023

En Norvège, la clinique de fertilité Livio vient de recevoir l’accord de la direction de la santé pour exporter du sperme vers ses cliniques de Suède et d’Islande. Une pratique déjà mise en œuvre notamment par l’European Sperm Bank de Copenhague qui exporte du sperme au Royaume-Uni.

Norvège :  une règlementation élargie mais controversée

Jusqu’à présent, le sperme d’un donneur norvégien ne pouvait être utilisé que pour concevoir les enfants de six familles norvégiennes maximum. Cependant, une nouvelle règlementation ajoute la possibilité de donner son sperme à deux familles en Islande.

Un élargissement critiqué par Raymond Egge Kristiansen, membre du conseil d’administration de l’Association for Donor Excluded Persons in Norway. « La réglementation norvégienne (…) permet de savoir que l’on a un nombre limité de frères et sœurs. En exportant des gamètes à l’étranger, nous n’avons plus ce contrôle et l’ensemble des frères et sœurs peut devenir anormalement grand » déplore-t-il. Pour l’instant, l’European Sperm Bank a permis de concevoir plus de 50.000 enfants en vingt ans avec 700 donneurs.

Le don de sperme banalisé au Danemark

En raison du manque de donneurs de sperme, le Royaume-Uni se tourne vers le Danemark. En 2020, plus de la moitié des dons de sperme utilisés en Grande Bretagne provenaient de l’étranger dont 21% du Danemark (cf. Royaume-Uni : le nombre d’enfants issus d’un don de sperme a triplé en 15 ans).

Les étudiants danois peuvent gagner jusqu’à 450 euros par mois en faisant des « dons réguliers ». C’est ce qu’a fait Peder Thomsen, âgé aujourd’hui de 30 ans. Pendant ses études de marketing, il se rendait trois fois par semaine chez Cryos International pour donner son sperme (cf. Banques de gamètes : la France aussi est un marché). Il « n’a aucune idée du nombre d’enfants qu’il a engendrés » au cours de ces années. Mais il ne craint pas de les rencontrer un jour. En effet, alors que le Danemark autorise l’anonymat, la loi britannique ne le permet pas (cf. Au Danemark, un « distributeur » de sperme condamné).

Le choix du donneur

Sur le site web de la banque de sperme, une photo du donneur enfant, un enregistrement de sa voix et un descriptif de ses qualités physiques et de son niveau d’instruction sont à la disposition des clients pour faire leur choix. Les donneurs sont également « rigoureusement examinés » pour prévenir d’éventuels problèmes de santé (cf. Un donneur de sperme transmet la maladie de Charcot-Marie-Tooth).

 

Sources : NRK (16/05/2023) ; Daily mail, Nick Craven (19/05/2023)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires
/ Genre

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires

Les directives qui indiquaient que « les enfants peuvent prendre conscience qu'ils sont transgenres » « entre trois et cinq ...
justice
/ Genre

Japon : une femme transgenre reconnue père d’un enfant

La Cour suprême du Japon a reconnu qu’une femme transgenre était le père d’une petite fille conçue grâce à son ...
Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet
/ E-santé

Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet

Après la cyberattaque qui a touché des hôpitaux londoniens, des informations médicales sensibles ont été publiées sur le darknet entre ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres