Angleterre : moins de bébés trisomiques à cause du DPNI

Publié le : 10 décembre 2019

Le nombre de naissances d’enfants porteurs de trisomie 21 « a chuté de 30% » dans les hôpitaux anglais qui ont introduit le dépistage prénatal non-invasif[1] (cf. Jean-Marie Le Méné : « Le DPNI est un dispositif qui a l’obsession de l’exhaustivité et la hantise de rater la cible »).

 

Ces chiffres issus de 26 groupes hospitaliers anglais, soit un cinquième des hôpitaux ayant un service de maternité, ont été obtenus sur la période 2013-2017.

 

Le DPNI « étant plus précis » pour dépister la trisomie 21, plus d’avortements ont été pratiqués. Ce qui inquiète les défenseurs des droits des enfants trisomiques qui craignent que la tendance se retrouve au niveau national avec le déploiement du DPNI.

 

Pour aller plus loin :

Au Royaume-Uni, des publicités pour le DPNI retirées

Irlande : informer sur les failles des tests de dépistage prénatal

Royaume-Uni : le NHS revoit sa copie sur la trisomie 21

Le NHS condamné pour n’avoir pas détecté la trisomie 21 d’un bébé à naître

205 295 avortements pratiqués en Angleterre et au Pays de Galles en 2018

Diagnostic prénatal, hémophilie et trisomie 21 : une approche éthique comparée

Le diagnostic prénatal, « arme redoutable de la sélection invisible »

 


[1] DPNI

 

 

<p>The Times, Nicholas Ellen (08/12/2019)</p> <p> </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres