Alabama : pas de « décès injustifié » pour des embryons congelés

Publié le 29 Sep, 2023

Un appel examiné par la Cour suprême de l’Alabama a remis en question les raisons pour lesquelles la « destruction accidentelle » d’embryons ne constitue pas un « décès injustifié ».

Plusieurs couples ont poursuivi le Centre de médecine reproductive du Mobile Infirmary Medical Centre à Mobile, en Alabama, pour « mort injustifiée » et « négligence », suite à la destruction « accidentelle » de leurs embryons par un patient qui a eu un accès non autorisé aux zones de stockage des embryons. La plainte a d’abord été rejetée en 2022 en raison de la formulation de la loi de l’Alabama sur la « mort injustifiée », ainsi que des limites imposées aux dommages-intérêts pour préjudice moral.

Les embryons congelés « délibérément exclus » de la législation

Trois couples ont fait appel de la décision. Ils affirment en effet que la Constitution de l’Alabama « reconnaît, déclare et affirme que la politique publique de cet Etat est d’assurer la protection des droits de l’enfant à naître de toutes les manières et par toutes les mesures légales et appropriées ». La Cour suprême a examiné l’affaire le 19 septembre.

Représentant le Centre médical, l’avocat Christian Hines a argumenté que les embryons issus de fécondation in vitro avaient été « délibérément exclus » de la législation de l’Etat. « Lorsqu’il s’est agi de définir les protections, [la législature] a défini l’enfant à naître comme “un être humain in utero à n’importe quel stade de son développement, indépendamment de sa viabilité” », a-t-il déclaré. « Il n’y a donc rien dans cette loi sur les embryons cryoconservés qui ne se développent pas en dehors de l’utérus. »

L’avocat des plaignants, Dave Wirtes, s’est rangé à ces arguments. « Bien que les lois de l’Alabama protègent les enfants à naître, les fœtus et les embryons in utero, cette protection peut ne pas s’étendre aux embryons in vitro ». Il a cependant soutenu que la demande avait été rejetée à tort par le tribunal de circuit, car « même si la demande de mort injustifiée n’était pas recevable, les demandes pour négligence devraient l’être ».

Une question de coût ?

L’association médicale de l’Etat de l’Alabama a publié un mémoire décrivant comment la position de l’appelant pourrait affecter les procédures de FIV dans l’Etat, « la menace d’une responsabilité pour décès injustifié obligeant les cliniques à augmenter leurs coûts » ou introduisant un risque de départs des professionnels de la santé pour « pratiquer la médecine dans d’autres Etats ». Elle a également déclaré que le fait d’« obliger tous les embryons non utilisés à être conservés indéfiniment après le traitement augmenterait en fin de compte les coûts pour les patients ».

 

Source : BioNews, Blair Sowry (25/09/2023) – Photo : iStock

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Neurotechnologies : l’urgence d’instaurer des « neurodroits »
/ Transhumanisme

Neurotechnologies : l’urgence d’instaurer des « neurodroits »

Rafael Yuste, neurobiologiste, professeur à Columbia et cofondateur de la NeuroRights Foundation, appelle à instaurer des « neurodroits » au ...
Myopathie de Duchenne : « fragmenter » des gènes avant de les reconstituer
/ Génome

Myopathie de Duchenne : « fragmenter » des gènes avant de les reconstituer

Des chercheurs ont découvert une « nouvelle manière de traiter la dystrophie musculaire de Duchenne » qui pourrait s'appliquer à d'autres pathologies ...
02_ogm_mais
/ OGM

NTG : une nouvelle règlementation en Thaïlande pour augmenter les rendements agricoles

Le ministre de l’Agriculture thaïlandais a approuvé une réglementation autorisant l'usage des nouvelles techniques génomiques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres