Vers une modification génétique du groupe sanguin

Publié le : 1 avril 2009

Des chercheurs de l’Etablissement français du sang ont réussi, par transfert de gènes, à modifier un groupe sanguin. Cette opération réalisée à Marseille devrait permettre de créer des échantillons de sang rare.

Le groupe sanguin est déterminé en fonction de substances présentes à la surface des globules rouges, les antigènes. Certains groupes sont fréquents, notamment les groupes A, B, O et AB, mais d’autres sont plus rares et les besoins des malades qui nécessitent une transfusion sont complexes.

Les biologistes du laboratoire d’hématologie moléculaire (EFS-CNRS – université de la méditerranée) de Marseille ont réussi à modifier le groupe Kidd/JK, un groupe sanguin parmi les trente connus.

"On modifie le groupe sanguin, pour, à terme, créer des échantillons de sang dont on ne dispose pas", a expliqué le Dr Claude Bagnis qui dirige le laboratoire. On est donc capable de "fabriquer du sang humain dont on choisit le groupe sanguin", a souligné le Pr Philippe de Micco, directeur scientifique de l’EFS.

Pour réaliser cette modification génétique, les scientifiques ont isolé des cellules souches prises dans du sang de cordon ombilical. Ces cellules souches ont été mises en culture jusqu’à l’obtention de globules rouges.

Il faudra toutefois attendre encore pour une application fiable à grande échelle. "Ce sera possible d’ici 15 à 20 ans", estime le Dr Bagnis. "C’est une étape mais on est encore très loin du compte", explique le Pr de Micco.  Juste de quoi réaliser les "réactifs biologiques" indispensables pour effectuer les diagnostics de l’EFS. "Il ne faut surtout pas que les gens s’imaginent qu’ils n’ont plus besoin de donner leur sang", insiste Claude Bagnis.

La Croix (Denis Sergent) 01/04/09 - Le Figaro (Jean-Michel Bader) 01/04/09 - Nouvel Obs.com 31/03/09 - Yahoo.com 31/03/09

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres