Une sœur mère porteuse, une autre pour les ovocytes

Publié le 24 Avr, 2024

Après avoir accouché à 41 ans par césarienne d’une petite fille, Emersyn, Stephanie, s’est adressée à sa sœur : « Jaclyn, tu es maman ! ». Emersyn a été conçue par PMA, en utilisant les gamètes du mari de Jaclyn, Greg, et les ovocytes de Meredith, une autre sœur de Jaclyn.

D’abord l’insémination, puis la PMA

Mariés en 2018 et ne parvenant pas à avoir un enfant naturellement, Jaclyn et Greg ont eu recours à la PMA après avoir découvert, en 2019, que « le sperme de Greg n’était pas de la meilleure qualité ». Après avoir essayé l’insémination intra-utérine, ils se tournent vers la fécondation in vitro. Jaclyn tombe enceinte en mars 2020, lors de la première tentative. Mais elle fait une fausse couche.

Le couple subit des tests génétiques approfondis et découvre que Jaclyn est atteinte du syndrome de Turner en mosaïque [1]. Après un diagnostic d’endométriose, elle subit différentes interventions, dont l’ablation d’une de ses trompes de Fallope. Le couple effectue six autres cycles de FIV qui lui coûtent « plus de 50 000 dollars », sans succès. « Je pense que nous devrions arrêter », avance Greg. Mais Jaclyn ne veut pas s’y résoudre.

« L’aspect génétique était important pour moi »

Alors que le couple commence à envisager le recours à une donneuse d’ovocytes, les trois sœurs de Jaclyn expliquent vouloir les « aider de toutes les manières possibles ». Meredith, Stephanie et Samantha proposent leurs ovocytes. « L’aspect génétique était important pour moi », explique Jaclyn.

« Nous avons exclu Samantha parce qu’elle n’avait pas encore d’enfants, précise-t-elle. Notre spécialiste de la fertilité a décidé que Meredith était la meilleure candidate. Elle avait six ans de moins que Stéphanie. »

Des embryons sont alors fabriqués avec les ovocytes de Meredith et les spermatozoïdes de Greg. En décembre 2022, l’un d’eux est transféré dans l’utérus de Jaclyn. Mais il ne s’implante pas.

Sa sœur comme mère porteuse

Stephanie se porte alors volontaire pour être mère porteuse pour sa petite sœur. Une décision « soutenue » par le médecin qui suit Jaclyn (cf. PMA, GPA : « la croyance que tout est possible grâce à la science »).

Un embryon est transféré dans l’utérus de Stephanie, et s’implante. La petite fille est née le 1er février (cf. PMA, GPA, et la mère dans tout ça ?).

 

[1] Certaines cellules du corps ne comptent qu’un seul chromosome X. Ce syndrome cause des problèmes cardiaques et d’infertilité.

Source : Business insider, Jane Ridley (22/04/2024)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

neurons-582050_640

Des organoïdes de cerveau plus réalistes

Des chercheurs ont fabriqué des organoïdes composés de quatre types différents de cellules cérébrales quand d'autres sont parvenus à reproduire ...
pixabay_-_senat
/ Genre

Genre : la commission du Sénat adopte une proposition de loi largement remaniée

Le 22 mai, la proposition de loi visant à encadrer les transitions de genre chez les mineurs a été largement ...
Jersey : un pas de plus vers l'« aide à mourir »
/ Fin de vie

Jersey : un pas de plus vers l’« aide à mourir »

Mercredi, les responsables politiques de Jersey ont voté en faveur d'un projet visant à autoriser l'« aide à mourir » ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres