Un sondage met en avant la douleur lors de l’avortement

Publié le : 17 mai 2013

Un récent sondage d’Opinion Way pour le Laboratoire Nordic Pharma, mené auprès de 499 femmes âgées de 16 à 50  ans et ayant subi une IVG au cours des cinq dernières années, révèle que « les deux tiers des femmes qui subissent une interruption volontaire de grossesse déclarent avoir ressenti une douleur physique lors du geste ».  L’enquête mentionne que « près de neuf femmes sur dix en ressentaient une intensité supérieure à 6/10 dans l’échelle d’évaluation de la douleur« , et que pour 62% des femmes, cette douleur était très intense. Pour le Dr Eric Viel, anesthésiste et coordinateur de l’enseignement de la douleur à la faculté de médecine de Nîme, cette douleur doit être prise en compte: « Une douleur côtée 6 ou 7/10, ce n’est pas rien« .

 

Selon une enquête de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Dress), « le nombre d’interruption de grossesse s’est stabilisé autour de 210 000 IVG par an en métropole« . En 2010, le nombre d’IVG était de 225 000, dont 212 000 en métropole. Si l’enquête révèle donc une stabilité de la propension à interrompre sa grossesse, le journaliste mentionne qu’elle « ne doit pas cacher la relative fréquence de l’évènement pour une femme donnée » car « une femme sur trois aura recours à l’IVG au cours de sa vie« . 

<p> Le Figaro (Damien Mascret) 17/05/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres