Un algorithme pour calculer le temps restant à vivre ?

Publié le 29 Nov, 2017

Des chercheurs de Stanford (San Francisco, USA) ont publié une étude[1] dans la revue arXiv où ils décrivent l’aide que la médecine pourrait recevoir de l’intelligence artificielle pour estimer la probabilité de mortalité des patients sur les douze mois à venir. Selon l’équipe, le deep learning pourrait aider à cibler les personnes nécessitant des soins palliatifs.

 

Les chercheurs notent que « 80% des américains voudraient mourir chez eux » et que les personnes nécessitant rapidement des soins palliatifs subissent de longs délais liés aux examens nécessaires. Cette intelligence artificielle repérerait rapidement les besoins des personnes et permettrait aux médecins de se focaliser sur les patients les plus à risque.

 

Le système, qui s’appuie sur plusieurs années de dossiers de santé électroniques, analyse le dossier du patient concerné. Il génère une évaluation de sa mortalité ainsi qu’un rapport destiné au médecin détaillant les éléments l’ayant amené à cette conclusion : le nombre de jours passés à l’hôpital, les médicaments prescrits et la gravité du diagnostic… La capacité de la machine à produire ce rapport est un élément important : « Le médecin fait plus confiance au système automatisé s’il peut comprendre son raisonnement ».

 

Les résultats sont « jusqu’alors positifs ». La machine est actuellement utilisée « dans le programme pilote d’un hôpital universitaire » dont le nom n’a cependant pas été révélé.

 

[1] Improving Palliative Care with Deep Learning

MIT, Jackie Snow (28/11/2017)

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres