Trois hommes de la même famille à l’origine d’« au moins 600 enfants »

Publié le 7 Mai, 2024

Au Québec, trois hommes, membres de la même famille, auraient engendré « au moins 600 enfants » « de façon artisanale », en publiant des annonces sur les réseaux sociaux. L’un d’eux s’est en outre tourné vers une clinique de fertilité afin de réaliser plusieurs autres dons [1].

Deux des trois « donneurs » seraient porteurs d’une maladie rare et héréditaire qui touche le foie, la tyrosinémie (cf. Un donneur de sperme transmet la maladie de Charcot-Marie-Tooth)

Un recours en justice

Les mères victimes des trois hommes souhaitent désormais se tourner vers les tribunaux afin de « freiner » les activités de M. X, M. Y et M. Z.

Selon l’avocate Jessica Lelièvre, elles « ont de très bonnes chances de succès ». « A courte échéance, il serait possible d’obtenir du tribunal des ordonnances qui empêcheraient ou limiteraient ces hommes à donner du sperme », juge Me Lelièvre.

Des précédents

Cette histoire survient après qu’un « donneur de sperme en série » a cherché à entrer en contact avec les 96 enfants qu’il avait eus alors qu’il était à l’université d’Etat de Géorgie. Dylan Stone-Miller, 32 ans, met maintenant tout en œuvre pour les rencontrer. Il y est déjà parvenu pour 25 d’entre eux.

Le jeune homme avait effectué ces dons de sperme pour payer des frais d’avocat que ses parents refusaient de prendre en charge. Il s’est tourné vers Xytex, une banque de sperme d’Atlanta, où il a perçu 100 dollars par don pendant six ans.

Vers une nouvelle règlementation au Québec ?

Les autorités québécoises ont été choquées par l’affaire. Elles réfléchissent désormais à « une façon de minimiser les risques liés aux dons de sperme artisanaux ».

Des experts du Québec travaillent actuellement avec ceux de Santé Canada pour fixer un nombre maximum de dons par personne. Santé publique n’exclut aucun scénario. Une banque de sperme nationale pourrait être envisagée.

 

[1] Les journalistes ont réalisé un documentaire « Père 100 enfants », ce qui leur a permis de recueillir de nouveaux témoignages.

Sources : Noovo, Marie-Christine Bergeron, Maxime Landry et Julien Denis (29/04/2024) ; CTV, Maya Johnson (02/05/2024) ; Mirror, Emilia Randall (04/05/2024) ; Noovo, Marie-Christine Bergeron, Maxime Landry et Julien Denis (06/05/2024) ; Noovo, Marie-Pier Boucher, Emeric Montminy (06/05/2024)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Jersey : un pas de plus vers l'« aide à mourir »
/ Fin de vie

Jersey : un pas de plus vers l’« aide à mourir »

Mercredi, les responsables politiques de Jersey ont voté en faveur d'un projet visant à autoriser l'« aide à mourir » ...
booties-2047596_1920

Choisir le sexe de son futur bébé : un marché de 500 millions de dollars

Aux Etats-Unis, sélectionner le sexe de son futur enfant dans le cadre d’une fécondation in vitro est légal. Un marché ...
hacker
/ E-santé

Ecosse : des données relatives à la santé mentale d’enfants divulguées

Le NHS Dumfries and Galloway a confirmé que des données relatives à la santé mentale d’enfants ont été publiées par ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres