Traitements relatifs à l’infertilité : un risque de maladie cardiaque multiplié par deux

Publié le 27 Mai, 2024

Dans une étude publiée dans le Journal of Internal Medicine [1], des experts de Rutgers Health ont montré que les patientes traitées pour infertilité étaient 2,16 fois plus susceptibles d’être hospitalisées pour une maladie cardiaque dans l’année suivant leur accouchement par rapport à celles ayant conçu naturellement (cf. Deux fois plus de risques de prééclampsie avec la PMA ; FIV : un risque accru d’AVC après la grossesse).

Pour arriver à ce résultat, les auteurs de l’étude ont examiné les données de plus de 31 millions de dossiers hospitaliers de patientes sorties de l’hôpital après un accouchement entre 2010 et 2018. Parmi elles, 287 813 avaient subi un « traitement de l’infertilité ». Sur 100.000 femmes ayant subi ce traitement, 550 ont été hospitalisées. Elles étaient 335 pour 100 000 femmes ayant eu une grossesse naturelle. Des chiffres qui restent faibles étant donné la jeunesse des femmes.

Ayant constaté que les risques sérieux de maladies cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux apparaissaient dans les 30 premiers jours après l’accouchement, les chercheurs en ont déduit que le suivi devait être précoce (cf. PMA : une étude documente le risque de complications). Actuellement les normes de soins prévoient un premier examen post-partum trois semaines après l’accouchement. Mais certains systèmes de santé ne l’ont pas encore mis en place.

La cause du risque élevé de maladie cardiaque associé au « traitement de l’infertilité » pourrait provenir des traitements eux-mêmes, des problèmes médicaux sous-jacents ayant rendu la patiente infertile ou d’une autre cause.

 

[1] Rei Yamada et al, Infertility treatment is associated with increased risk of postpartum hospitalization due to heart disease, Journal of Internal Medicine (2024). DOI: 10.1111/joim.13773

Source : Medical Xpress, Andrew Smith (15/05/2024) – Photo : Pixabay

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires
/ Genre

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires

Les directives qui indiquaient que « les enfants peuvent prendre conscience qu'ils sont transgenres » « entre trois et cinq ...
justice
/ Genre

Japon : une femme transgenre reconnue père d’un enfant

La Cour suprême du Japon a reconnu qu’une femme transgenre était le père d’une petite fille conçue grâce à son ...
Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet
/ E-santé

Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet

Après la cyberattaque qui a touché des hôpitaux londoniens, des informations médicales sensibles ont été publiées sur le darknet entre ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres