Thérapie génique : résultats d’un essai clinique pour la drépanocytose et la béta-thalassémie

Publié le 31 Jan, 2022

Un essai clinique de phase 1/2, visant à évaluer l’efficacité d’une thérapie génique chez des patients atteints de drépanocytose et de béta-thalassémie, vient de s’achever. Les résultats ont été publiés la semaine dernière dans la revue Nature medicine. Cette étude, promue par Bluebird bio, a été réalisée par des équipes françaises, coordonnées par le Professeur Marina Cavazzana et le Professeur Philippe Leboulch (cf. Drépanocytose : un premier succès pour la thérapie génique).

Quatre patients b-thalassémiques et trois patients drépanocytaires âgés de 13 à 21 ans ont participé à l’essai. Ils ont été suivis en moyenne quatre ans et demi après inclusion. Pour deux des patients drépanocytaires, les symptômes cliniques de la maladie ont été supprimés. Tous sont devenus « transfusion indépendants » dès le premier mois après traitement. Pour les patients atteints de béta thalassémie, les résultats montrent que la thérapie testée « est devenue une option curative potentiellement utilisable chez l’ensemble des patients qui ne disposent pas d’un donneur de cellules souches hématopoïétiques compatible ».

Par ailleurs, aucun patient n’a présenté d’effet secondaire lié à l’utilisation du vecteur lentiviral thérapeutique.

Pour ces deux maladies génétiques, l’option curative actuelle consiste à greffer des cellules souches hématopoïétiques d’un donneur. Mais malgré ses bons résultats, cette option ne concerne que moins de 20% des patients, par manque de donneurs compatibles.

La thérapie génique « par addition de gènes » constituerait donc « une alternative prometteuse », utilisable chez tous les patients. Il s’agit de « transférer une information génétique dans le génome des cellules souches hématopoïétiques sans que les cellules n’aient besoin d’effectuer une division cellulaire ». Le patient reçoit une greffe de ses propres cellules souches hématopoïétiques génétiquement modifiées.

 

Complément du 07/02/2022 : Une autre étude est parue le 3 février dans le New England Journal of Medicine : Franco Locatelli et al, Betibeglogene Autotemcel Gene Therapy for Non–β0/β0 Genotype β-Thalassemia, New England Journal of Medicine (2021). DOI: 10.1056/NEJMoa2113206

Sources : Inserm (25/01/2022) ; Magrin, E., Semeraro, M., Hebert, N. et al. Long-term outcomes of lentiviral gene therapy for the β-hemoglobinopathies: the HGB-205 trial. Nat Med 28, 81–88 (2022). https://doi.org/10.1038/s41591-021-01650-w

Partager cet article

Synthèses de presse

« Aide active à mourir » : de la « solution technique » à la « norme sociale » ?
/ Fin de vie

« Aide active à mourir » : de la « solution technique » à la « norme sociale » ?

"Au nom de la recherche de l’efficacité", chaque problème, y compris la mort, devrait recevoir une "solution technique" ? ...
« Transition de genre » : le mineur apte à consentir ?
/ Genre

« Transition de genre » : le mineur apte à consentir ?

"Le mineur dont le corps est sain et auquel on propose un parcours médical, est-il en capacité d’appréhender ce que ...
Embryons congelés : un risque plus élevé d’hypertension artérielle
/ PMA-GPA

Embryons congelés : un risque plus élevé d’hypertension artérielle

Selon une étude, la FIV avec transfert d’embryons congelés augmenterait le risque d’hypertension artérielle de 74% ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres