Suisse : deux initiatives pour diminuer les avortements

Publié le 23 Sep, 2022

En décembre dernier, Andréa Geissbühler, représentante bernoise et Yvette Estermann, parlementaire de Lucerne, ont lancé deux initiatives pour diminuer les avortements, qui, si elles obtiennent au moins 100.000 signatures avant le mois de juin 2023, feront l’objet d’un vote national en vue d’être adoptées.

La première proposition, « sleep on it », présentée par Andréa Geissbühler, consiste à introduire une journée de réflexion avant un avortement pour « protéger les femmes des avortements décidés à la hâte ». Cette mesure a déjà été prise en Belgique, en Italie, au Portugal, en Espagne et en Irlande. Dans ce dernier pays où le délai règlementaire est de 3 jours entre la première consultation et l’avortement, des recherches ont confirmé son impact sur les femmes. En effet, en 2020, près de 1500 femmes ont renoncé à avorter pendant ces 3 jours d’attente.

La seconde proposition présentée par Yvette Estermann consiste à empêcher les avortements tardifs, c’est à dire dès le terme où le foetus pourrait survivre en dehors de l’utérus même si des soins intensifs sont nécessaires.

Dominik Müggler, qui a mis en place, en 2001, les premières “boîtes à bébés”, soutient ces initiatives.

NDLR : Deux propositions allant dans le même sens ont été rejetées l’année dernière : Suisse : échec de deux tentatives pour diminuer les avortements.

Source : Right to life (21/09/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Belgique : une victime des attentats euthanasiée à 23 ans
/ Fin de vie

Belgique : une victime des attentats euthanasiée à 23 ans

Shanti De Corte, une jeune flamande de 23 ans, a été euthanasiée pour « souffrance psychiatrique irrévocable ». Une enquête a ...
« Derniers secours » : première formation sur la fin de vie en France
/ Fin de vie

« Derniers secours » : première formation sur la fin de vie en France

Les formations « derniers secours » viennent d’être lancées en France par la SFAP. Elles existaient déjà dans une vingtaine d’autres ...
Canada : des « adaptations » possibles pour les détenus transgenres
/ Genre

Canada : des « adaptations » possibles pour les détenus transgenres

Les détenus purgeant une peine fédérale au Canada peuvent désormais être incarcérés dans la prison correspondant à "l’identité de genre" ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres