Suisse : échec de deux tentatives pour diminuer les avortements

Publié le 12 Mai, 2022

En Suisse, le Conseil national a rejeté le 11 mai deux propositions qui visaient à réduire le nombre d’avortements, notamment après douze semaines de grossesse[1]. Il a suivi l’avis du Conseil fédéral.

Dans ce pays, 11 000 enfants à naître sont avortés chaque année dont 5% après douze semaines de grossesse, soit 528.

La première motion était présentée par Yvette Estermann. Elle plaidait pour limiter les avortements tardifs via une meilleure prise en compte des alternatives possibles et une meilleure information des parents sur les pathologies détectées : « possibilités de vivre avec une malformation ou les traitements et opérations post naissances existants ». Le texte obligeait aussi les pathologistes pédiatriques à « confirmer ou infirmer après tout avortement et toute naissance d’enfant vivant ou mort-né tous les handicaps diagnostiqués in utero ». Sa motion a été rejetée par 132 voix contre 36.

Une seconde motion, déposée par Erich von Siebenthal « demandait au Conseil fédéral ‘d’optimiser et de renforcer les conseils aux femmes ayant des grossesses problématiques’ ». Il s’agissait ici de « mieux informer les femmes enceintes sur les conséquences néfastes d’un avortement ». La motion a été refusée par 143 voix contre 32, au motif que « l’offre est déjà suffisante ».

Outre ces deux motions, deux initiatives populaires ont été lancées en décembre dernier : l’une pour « introduire un délai de réflexion d’un jour avant toute interruption de grossesse », l’autre pour « s’opposer à la pratique choquante des avortements tardifs ». Serait ainsi accordé aux enfants à naître « un droit absolu à la vie » dès la limite de viabilité atteinte[2].

[1] Passé ce délai, les avortement sont possibles en Suisse « si la grossesse entraîne une atteinte grave à l’intégrité physique ou un état de détresse de la femme enceinte ».

[2] « dès le moment où ils pourraient survivre et respirer en dehors du ventre de leur mère »

Sources : Le Matin, Eric Felley (11/05/2022) ; 20 minutes (11/05/2022) ; Le Temps (11/05/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population "transgenre" a entre 16 et 34 ans
/ Genre

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population “transgenre” a entre 16 et 34 ans

En Angleterre et au Pays de Galles, 47% des personnes interrogées qui se sont revendiquées comme « transgenres » avaient ...
Ecosse : une "femme transgenre" n’ira pas dans une prison pour femmes
/ Genre

Ecosse : une “femme transgenre” n’ira pas dans une prison pour femmes

Condamnée pour le viol de deux femmes en 2016 et 2019, Isla Bryson, une femme transgenre, devra purger sa peine ...
artificial-intelligence-2167835_1920
/ E-santé, Transhumanisme

ChatGPT : « Toutes les frayeurs de remplacement de l’homme par la machine ressurgissent »

Le succès de ChatGPT relance le débat sur les dangers de l’intelligence artificielle. Une « réflexion prospective » doit être menée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres