Recherche sur l’embryon : pour quoi ?

Publié le 26 Oct, 2023

Il y a 25 ans, en 1998, des chercheurs du Wisconsin isolaient des cellules souches à partir d’embryons humains. L’avènement d’une « révolution médicale », croyait-on. Pourtant, aujourd’hui, plus de vingt ans plus tard, il n’existe aucun traitement sur le marché basé sur ces cellules[1].

Mais les chercheurs ne relâchent pas leurs efforts. Ainsi, une étude de 2023[2] indique que « près de 70 nouveaux essais sur des volontaires ont été lancés au cours des quatre dernières années, soit le triple du rythme précédent ». Des études diverses qui portent sur le diabète, la cécité ou encore l’épilepsie. Fin 2021, plus de 3000 patients auraient ainsi reçu des greffes de cellules souches pluripotentes, embryonnaires ou induites[3].

Un amalgame éthique

Entre cellules souches embryonnaires (CSEh) ou iPS[4], certains chercheurs font mine de ne plus faire de différence. Lancée avec la recherche sur les CSEh, car elles seules existaient alors, la recherche sur les cellules souches est devenue moins polémique avec la découverte des cellules iPS, reprogrammées à partir de cellules adultes et n’induisant donc pas la destruction d’embryons humains.

Mais les cellules iPS sont chères à produire, quand les cellules embryonnaires sont disponibles « sur étagère », fournies par les embryons « surnuméraires » fabriqués lors des cycles de fécondation in vitro.

Quand certains ont voulu dresser des garde-fous, d’autres ont brandi le droit des patients en attente de traitements. Ainsi, en 2004, la Californie a fait de la recherche sur les cellules souches un « droit constitutionnel » dans l’Etat et a alloué 3 milliards de dollars de subventions à la recherche sur une période de 10 ans (cf. Californie : coup de frein pour la recherche sur les cellules souches embryonnaires). Avec des promesses de créations d’emplois et d’économies à la clé : traiter le diabète de type 1, par exemple, permettrait d’économiser 122 milliards de dollars en insuline et autres coûts. La fin justifierait les moyens ?

Vers la création d’embryons pour la recherche

Bien que la recherche sur l’embryon ne donne rien de probant, des chercheurs tentent de s’abstraire de toute contrainte. Ils entendent en effet développer des « embryons de synthèse », autrement dit des embryons fabriqués pour la recherche sans passer par la fécondation de gamètes humains (cf. « Embryons de synthèse » humains : les annonces se multiplient). Pour mieux enfouir toute considération éthique, ils les parent de noms plus ou moins explicites : « modèles embryonnaires », « embryoïdes », « blastoïdes », voire « idiscoïdes » ou encore « e-assembloïdes » et « péri-gastruloïdes » (cf. Après les embryoïdes, les « péri-gastruloïdes »). Cachez cet embryon que je ne saurais voir, pour mieux l’utiliser. L’ABM vient de publier une proposition de « cadre », plus lâche encore que celui en vigueur pour l’embryon humain (cf. Embryoïdes : l’ABM propose une « troisième voie » pour « encadrer » les recherches).

Mais les chercheurs sont parfois rappelés à l’ordre. Des règles existent, bien que, de loi de bioéthique en loi de bioéthique, elles soient de plus en plus laxistes. Ainsi, la Fondation Jérôme Lejeune a récemment eu gain de cause dans un recours contre une autorisation de recherche sur l’embryon humain délivrée par l’Agence de la biomédecine (ABM) (cf. Recherche sur l’embryon humain : une autorisation de l’ABM annulée pour ne pas avoir donné la priorité à la recherche sur l’animal). Au terme de huit années de procédure les juridictions administratives ont tranché : l’autorisation a été annulée. L’ABM n’aurait pas dû autoriser un protocole de recherche sur l’embryon humain dès lors que les chercheurs pouvaient, en l’espèce, travailler sur des embryons de souris. L’embryon humain n’est pas encore tout à fait un rat de laboratoire.

[1] MIT Technology review, Antonio Regalado, After 25 years of hype, embryonic stem cells are still waiting for their moment (09/08/2023)

[2] History and current status of clinical studies using human pluripotent stem cells, S. Kobold et al., Stem cell reports VOL. 8, ISSUE 8, P1592-1598, https://doi.org/10.1016/j.stemcr.2023.03.005

[3] Dusko Ilic, Caroline Ogilvie, Pluripotent Stem Cells in Clinical Setting—New Developments and Overview of Current Status, Stem Cells, Volume 40, Issue 9, September 2022, Pages 791–801, https://doi.org/10.1093/stmcls/sxac040

[4] Pluripotentes induites

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres