Que valent les remises en cause des cellules souches adultes dans la thérapie cellulaire du coeur ?

Publié le : 13 mai 2014
La thérapie cellulaire du cœur, jusqu’à récemment présentée comme étant sur le point de traiter des patients, est actuellement relativisée dans la presse scientifique. Sur fond de course entre la recherche utilisant des cellules souches adultes et celle utilisant des cellules souches embryonnaires, des études nuancées voire contradictoires se font face.

La semaine dernière, une étude publiée dans la revue Britisch Medical Journal et commentée dans Nature émettait des doutes sur la possibilité réelle de régénérer les tissus cardiaques au moyen de cellules souches adultes, piste jusque là la plus avancée. Ceci tempèrerait notamment les résultats « révolutionnaires » d’une étude de 2012 menée par l’équipe du Dr Piero Anvera et publiée dans The Lancet (Cf. Synthèse Gènéthique du 28 février 2012). En avril dernier, la revue scientifique Circulation a pris l’initiative de la rétractation de cette publication au motif de données tronquées. 

Dans le même temps, une étude publiée dans The Cochrane Library, fait état des avancées positives de son essai clinique en vue de traiter des maladies cardiaques via des cellules souches adultes de la moelle osseuse.

Pour le Dr Enca Martin-Rendon, chercheuse en cellules souches de l’Université d’Oxford : « il est difficile de parvenir à des conclusions concrètes tant que des essais cliniques menés sur des échantillons plus larges et prenant en compte des effets à long terme n’auront pas été conduits ». 

N.B. : Dans la prochaine lettre mensuelle de Gènéthique, un décryptage de l’état actuel des recherches sur la thérapie cellulaire du cœur sera proposé aux abonnés. Pour s’abonner, écrire à cette adresse : contact@genethique.org

 

<p>BioNews (Greg Ball) 12/05/2014 - BioEdge (Michael Cook) 10/05/2014 </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres