« PASTE » : un nouvel outil d’édition pour insérer de grandes séquences ADN

Publié le 28 Nov, 2022

A partir de la technologie CRISPR, des chercheurs du MIT ont conçu « un nouvel outil capable de supprimer de grands gènes défectueux et de les remplacer par de nouveaux », d’une manière qu’ils jugent « plus sûre et plus efficace ». Ils pourraient ainsi traiter « une variété de maladies génétiques », notamment celles causées par de nombreuses mutations[1]. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Nature Biotechnology [2]

L’outil, baptisé « PASTE »[3], fait appel à « des enzymes appelées intégrases, que les virus utilisent pour insérer leur propre matériel génétique dans un génome bactérien ». Il les combine à des « prime editors » (cf. Les « prime editors », « traitement de texte » de la génétique)[4]. En outre, la technique ne crée pas de « rupture double brin » dans l’ADN, « ce qui réduit le risque d’insertions ou de délétions indésirables », affirme Omar Abudayyeh, auteur de l’étude.

En mettant en œuvre l’outil PASTE, les chercheurs sont parvenus à insérer des gènes longs de 36 000 paires de bases dans plusieurs types de cellules humaines[5], sans endommager l’ADN. 13 gènes ont été testés, et insérés à « neuf endroits différents du génome », avec un taux de réussite de 5 à 60%. Ils ont aussi travaillé sur des « foies “humanisés” de souris constitués d’environ 70% d’hépatocytes humains ». Ils y ont intégré des gènes dans 2,5% des cellules, approximativement.

Le brevet de cette technologie a été cédé à la société Tome Biosciences. L’entreprise espère atteindre le stade clinique en 2026.

 

[1] Les scientifiques travaillent à présent sur la fibrose kystique. Cette technique pourrait être utilisée pour le traitement de l’hémophilie, du déficit en G6PD – une autre maladie du sang, la maladie de Huntington, la mucoviscidose ou l’amaurose congénitale de Leber.

[2] Omar Abudayyeh, Drag-and-drop genome insertion of large sequences without double-strand DNA cleavage using CRISPR-directed integrases, Nature Biotechnology (2022). DOI: 10.1038/s41587-022-01527-4.

[3] Pour Programmable Addition via Site-specific Targeting Elements

[4] Les chercheurs précisent toutefois qu’il existe d’autres façons de procéder, ce dont doutent d’autres scientifiques.

[5] les cellules hépatiques, les cellules T, et les lymphoblastes (globules blancs immatures)

Sources : Trust my science, Laurie Henry (26/11/2022) : EndPoints, Lei Lei Wu (24/11/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Utah : les chirurgies de changement de sexe interdites pour les mineurs
/ Genre

Utah : les chirurgies de changement de sexe interdites pour les mineurs

Le gouverneur de l’Utah a signé une loi interdisant les chirurgies de changement de sexe et les traitements hormonaux pour ...
Fin de vie : « voyage d’observation » en Suisse
/ Fin de vie

Fin de vie : « voyage d’observation » en Suisse

Vendredi, les deux ministres en charge du débat sur la fin de vie, Agnès Firmin Le Bodo et Olivier Véran, ...
Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population "transgenre" a entre 16 et 34 ans
/ Genre

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population “transgenre” a entre 16 et 34 ans

En Angleterre et au Pays de Galles, 47% des personnes interrogées qui se sont revendiquées comme « transgenres » avaient ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres