Parlement européen : adoption du rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes

Publié le : 23 février 2010

Dans une interview publiée sur le site du parti socialiste belge, le député belge Marc Tarabella, auteur du rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’Union européenne, se dit "extrêmement satisfait" de voir que la majorité de ses propositions aient été adoptées par le Parlement européen le 10 février 2010. Ce rapport vise à promouvoir "le droit des femmes" au sein de l’Union européenne, notamment en ce qui concerne la "santé reproductive". Son rapport préconise entre autres que "les femmes doivent avoir le contrôle de leurs droits sexuels et reproductifs, notamment grâce à un accès aisé à la contraception et à l’avortement". Il explique qu’il n’acceptera "jamais aucune remise en cause" du droit pour les femmes "de mener une grossesse jusqu’à son terme ou non", et il se réjouit de ce que "le Parlement européen semble beaucoup plus progressiste que par le passé". Cette victoire est pour lui une "étape importante" mais pas "un aboutissement". Il veut donc s’engager à "poursuivre le combat". 

En France, le parti socialiste a proposé une résolution "invitant le gouvernement français à mettre en oeuvre les principes de la ‘clause de l’Européenne la plus favorisée’ ", laquelle a été examinée à l’Assemblée nationale le 18 février 2010. Issue d’une idée de Gisèle Halimi et de l’association Choisir la cause des femmes, cette clause vise à "recenser, dans les 27 Etats membres de l’Union européenne, les dispositions les plus progressistes à l’égard des femmes". "Nous voulons l’Europe la plus protectrice pour les femmes" affirme Pascale Crozon, rapporteur de la proposition.

Cette proposition de résolution invite l’Espagne, qui préside actuellement le Conseil de l’Europe, les Etats membres et la Commission européenne "à ‘harmoniser par le haut’ le droit des femmes". Cette "harmonisation" concerne cinq domaines : "le choix de donner la vie; le droit de la famille; la lutte contre les violences faites aux femmes; l’indépendance économique; l’accès aux responsabilités publiques". Les promoteurs de la proposition conçoivent celle-ci comme " ‘un premier pas nécessaire vers la définition d’objectifs communs à l’ensemble des Européennes, pour aller vers une Europe de progrès et non une Europe du moins-disant’."

La majorité dit partager cet objectif mais n’est pas unanime pour appuyer la proposition qui a été adoptée par la commission des lois le 10 février. Le groupe UMP a ainsi annoncé que ses députés voteront celle-ci "sous réserve de l’adoption de leurs amendements".

Le Monde 19/02/10 - PS.be 12/02/10 - le JDD.fr 18/02/10

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres