ONU et planification familiale en Afrique

Publié le : 22 juillet 2010

L’accès à "la médecine procréative universelle d’ici à 2015" est l’un des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) fixés par l’ONU : il a été ajouté aux autres objectifs en 2005 à la demande de plusieurs ONG. Cet objectif veut élargir la planification des naissances dans le monde par un accès facilité à la contraception pour toutes les femmes. Il est aujourd’hui loin d’être réalisé d’après le rapport 2010 de l’ONU qui note qu’ "entre 2000 et 2007, le taux annuel d’augmentation de la prévalence contraceptive était plus bas que pendant les années 1990 dans presque toutes les régions". La planification familiale échoue notamment en Afrique subsaharienne. Ceux qui veulent mettre en oeuvre cette planification estiment que sa réussite conditionne celle de tous les autres objectifs compte tenu de la forte croissance démographique en Afrique noire. Mais le "forcing humanitaire ne suffit pas". D’une part parce que l’aide financière pour la planification familiale a diminué de 8,2% à 3,2% entre 2000 et 2008, d’autre part parce que les pays africains ne sont pas favorables aux politiques de contrôle des naissances. Pour les gouvernements africains et les bailleurs de fonds, ce sont la lutte contre la pauvreté et l’accès à l’éducation qui peuvent entraîner un changement des questions liées à la démographie et à la croissance économique. 

Les pourcentages montrent qu’en Afrique subsaharienne, la part des femmes de 15 à 49 ans utilisant un mode de contraception est la plus faible du monde : elle n’outrepasse pas 22% contre 72% dans la zone Amérique latine et Caraïbes et 86% en Asie de l’Est. La "transition démographique" n’est pas engagée en Afrique à la différence du reste du monde en développement. Si l’Asie a un taux de fécondité de 2,3 et l’Amérique latine de 2,2, l’Afrique subsaharienne possède une moyenne de 4,9 enfants par femme, allant jusqu’à 5,1 en Afrique de l’Ouest et 5,4 en Afrique centrale. L’usage de la contraception avoisine les 10% dans ces régions. Des sondages d’opinion révèlent que les sociétés africaines n’évoluent pas dans le sens attendu par les instances internationales : "le nombre ‘idéal d’enfants’ voulu par les 15-19 ans reste très proche de celui rêvé par leurs aînés de 40 ans et plus". Le démographe Jean-Pierre Guengant estime que l’Afrique, qui a passé en 2009 le cap du milliard d’habitants, atteindra 2 milliards en 2050.

George Bush avait stoppé les programmes de contraception et d’avortement mais "l’administration Obama a débloqué 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros) sur deux ans pour la planification familiale". Récemment, à Toronto, le G8* a  apporté 5 milliards de dollars supplémentaires, auxquels ont été rajoutés encore 2,3 milliards de dollars par l’aide espagnole et la Fondation Gates. Nul ne sait encore "quelles actions précises" seront ainsi financées mais les partisans de la planification considèrent que cette somme n’est pas "de trop pour remettre sur les rails de véritables politiques de planification familiale" et pour "agir pour le droit des femmes à disposer d’elles-mêmes".

Le Monde consacre un second article à l’agence ONU Femmes, récemment créée (Cf. Synthèse de presse du 5/07/10). Cette nouvelle agence de l’ONU sera dotée d’un budget de plus de 500 millions de dollars (soit 386,2 millions d’euros), somme que certains considèrent insuffisante. C’est le cas des 330 ONG rassemblées dans la campagne pour la création d’une agence pour les femmes (Gender Equality Architecture Reform Campaign). Daniela Rosche d’Oxfam note que "la Banque mondiale a estimé, en 2008, de 60 à 80 milliards de dollars les besoins de financement pour réaliser l’Objectif du millénaire numéro 3 [promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes]". 

* NDLR : le Canada s’est opposé au financement de programmes d’avortement dans les pays en voie de développement (Cf. Synthèse de presse du 27/04/10).

Le Monde (Brigitte Perucca) 22/07/10

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres