Les religions et la bioéthique

Publié le : 14 mai 2009

L’hebdomadaire

Famille Chrétienne

a interrogé David Messas, grand rabbin de Paris, Azzedine Gaci, président du Conseil régional du culte musulman de Rhône-Alpes et le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon sur divers points relatifs aux Etats généraux de la bioéthique.

 

Affirmer que

"la vie est sacrée" et "que la naissance est une bénédiction"

sont des points de convergence entre les trois religions. Elles affirment aussi toutes les trois qu’il ne faut pas abandonner le destin de l’homme aux seuls scientifiques.

 

En revanche, sur la question du début de la vie, des divergences apparaissent. Du côté des musulmans, il n’existe pas de consensus sur le moment où débute la vie, pour les juifs

"l’embryon est un projet de vie, une vie potentielle qui n’est pas encore la vie"

, mais les catholiques admettent qu’il faut respecter la vie humaine dès son commencement et donc dès la conception.

 

Les  trois religions sont opposées aux mères porteuses. En ce qui concerne la fécondation

in vitro

, l’église catholique s’y oppose, les musulmans l’autorisent pour les époux et pour les juifs

"la naissance médicalement assistée est une interdiction",

qui peut être admise dans certains cas.

 

Enfin, seuls les catholiques semblent conscients de la menace eugéniste qui pèse sur la médecine et la science.

Famille Chrétienne

rappelle que l’Eglise n’est pas contre la science, mais encourage la recherche si elle sert la cause de l’homme.

Famille Chrétienne (Emmanuel Pellat - Samuel Pruvot - Annonciade Fougeron) 16/05/09

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres