Le sort d’embryons congelés devant la Cour européenne de justice

Publié le 1 Mar, 2005

Mardi 15 février, Natallie Evans a saisi la Cour européenne de justice après que la haute Cour de Londres ne lui ait pas accordé le droit de réimplanter, en vue d’une grossesse, des embryons congelés car son ex-conjoint s’y opposait (cf. revue de presse du 29/06/04). Les embryons de ce couple étaient issus d’une fécondation in vitro.

Natallie Evans s’appuie sur les articles 2, 8 et 14 de la Convention européenne des droits de l’homme pour plaider le "droit à vivre" de ses embryons et faire valoir le fait que c’est sa chance seule d’avoir des enfants étant donné qu’elle a subi un traitement de chimiothérapie qui l’a rendu stérile.

Les embryons peuvent être conservés jusqu’en octobre 2006, après quoi ils devront être détruits selon la législation anglaise qui fixe à 5 ans la durée de "stockage" des embryons congelés. Mme Evans a demandé à la HFEA, l’autorité britannique de bioéthique, que soient conservés ses embryons jusqu’à la décision de la Cour européenne.

Bionews 15/02/04

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres