Le ministre de la santé soutient la proposition de loi Gaillot

Publié le 14 Oct, 2021

Mercredi, le ministre de la santé Olivier Véran a assuré soutenir la proposition de loi Gaillot, se justifiant par l’avis favorable du Comité consultatif national d’éthique. Ce texte controversé veut allonger le délai légal pour avorter de 12 à 14 semaines (cf. L’extension des délais d’IVG de 12 à 14 semaines ajournée).

Selon les déclarations de Christophe Castaner, président du groupe LREM, le texte sera mis à l’ordre du jour de la semaine dédiée aux initiatives parlementaires, à partir du 29 novembre (cf. IVG : Christophe Castaner annonce le retour de la proposition de loi Gaillot à l’Assemblée).

De nombreux médecins s’opposent à l’allongement des délais. C’est le cas notamment d’Israël Nisand, chef du service de gynécologie-obstétrique du CHU de Strasbourg et président du CNGOF[1] : « C’est une mauvaise réponse », dénonce-t-il, car, à 14 semaines, l’avortement est « un geste plus dangereux que les médecins n’aiment pas faire […] parce que le fœtus devient plus grand, plus ossifié. »

Sources : France info (13/10/2021) ; Le Figaro, Loris Boichot (7/10/2021) ; Le Figaro, Tristan Quinault-Maupoil (13/10/2021)

[1] Collège national des gynécologues et obstétriciens de France

Partager cet article

Synthèses de presse

Irlande : un couple de femmes reconnu comme « famille de deux mères »
/ PMA-GPA

Irlande : un couple de femmes reconnu comme « famille de deux mères »

Ranae et Audrey ont deux filles. Elles sont issues d’une « maternité partagée » ou ROPA (Réception d’ovule du partenaire) ...
57_justice_usa_16
/ IVG-IMG

USA : 12 Etats poursuivent en justice l’administration Biden au sujet de l’avortement

Le procureur de l’Ohio Dave Yost a intenté une action au sujet d'une règlementation sur l'avortement, devant le tribunal de ...
Une gynécologue devant le Conseil de l’Ordre pour sa prise en charge d’un jeune homme
/ Genre

Une gynécologue devant le Conseil de l’Ordre pour sa prise en charge d’un jeune homme

Le jeune homme à l’état civil souhaitait se voir prescrire « une hormonothérapie féminisante ». Sa mère, inquiète, a contacté ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres