La recherche sur l’embryon, une recherche vaine

Publié le : 4 mars 2013

 Le Figaro Magazine du 1er mars souligne la performance de la recherche sur les iPS: « elle était annoncée comme une révolution médicale majeure. Eh bien, la révolution vient de commencer. Le comité d’éthique de l’Institut de recherche et d’innovation biomédicales de Kobe, au Japon, a autorisé les premiers essais cliniques d’un traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) par des cellules souches reprogrammées (iPS)[…] ».  (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 14 février 2012).  « Le plus incroyable dans cette annonce, c’est la rapidité avec laquelle les chercheurs sont passés de la découverte au premier essai clinique: à peine six ans. A tel point que certains scientifiques jugent aujourd’hui obsolète de légiférer, comme s’apprête à le faire l’Assemblée nationale au mois de mars, pour libéraliser l’utilisation de cellules d’embryons humains [Cf Synthèse de presse Gènéthique du 26 février 2013]. Une pratique contestée pour des raisons éthiques« . 
Dans les jours qui ont suivi, une autre annonce marquait la performance et le potentiel des iPS: « une fondation américaine parrainée par les plus grands chefs d’entreprises des Etats-Unis a annoncé mercredi [dernier, 27 février] » avoir récompensé 11 chercheurs, dont Shinya Yamanaka, dans le cadre du Breakthrough Prize in Life Sciences, pour leur travaux dans le domaine des sciences de la vie. Ainsi, ils « recevront chacun un prix de 3 millions de dollars, soit plus du double du prix Nobel« . Selon la Breakthrough Prize in Life Sciences Foundation, ce nouveau prix « est destiné à fournir aux lauréats davantage de moyens pour conduire à d’encore meilleurs résultats dans le futur« .

Pour s’opposer à la libéralisation de la recherche sur l’embryon « la Fondation Jérôme Lejeune mobilise contre ce projet via une campagne diffusée sur www.vous-trouvez-ca-normal.com« . Sa pétition « rassemble déjà plus de 20 000 signataires, et 60 000 cartes de protestation ont été commandées pour envoi aux parlementaires« . Objectif: « faire front […] contre l’arrivée du texte à l’Assemblée, en rendant visible l’opposition des citoyens français à cette proposition de loi et leur appel à un débat de fond« . 

<p> japantimes.co.jp (Kyodo) 22/02/2013 - Sciencescope 23/02/2013 - Le Figaro Magazine 01/03/2013 - Zenit.org 02/03/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres